Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 janvier 2015 7 18 /01 /janvier /2015 19:13

Quelque part, dans un désert nord-américain, au sein d'une base quasi-secrète totalement sécurisée, dans une grande salle aux murs couverts d'écrans plats et à la propreté presque chirurgicale, assis dans un fauteuil ergonomique, devant d'autres écran, la main sur un simple joystick, un soldat états-unien pilote un drone au-dessus des montagnes du Yémen. Dans quelques instants, grâce aux renseignements recoupés en temps réel donnés par de multiples sources, et en particulier par des agents locaux ou infiltrés des forces spéciales, il aura la certitude qu'un des ennemis mortels des États-Unis se trouve dans cette petite maison qui apparaît sur son écran. En quelques secondes, l'objectif est acquis. Sur l'écran inondé de lumière, on ne va pas tarder à découvrir l'étendue des dégâts. La confirmation de la réussite de la mission ne sera donnée que dans quelques heures. Pour le moment, le pilote peut souffler, se détendre un instant sur son fauteuil en pensant à la bière fraîche qu'il ira boire avec ses collègues au mess de la base.

 

Quelque part, dans un village pakistanais, irakien ou syrien, dans une petite maison aux murs couverts d'emblèmes et de portraits des martyrs, assis en tailleur sur un confortable tapis en compagnie de quelques amis, dans la main un téléphone satellite crypté dernier cri, un dignitaire d'une organisation qui se nomme peut-être État Islamique s’entretient avec un jeune homme qui se trouve à quelques milliers de kilomètres de là. Dans quelques instants, grâce aux renseignements collectés au cours des séances de repérage, ou par des correspondants acquis à cette cause qui trompent l'ennui du chômage et du futur sans avenir en arpentant les rues des villes occidentales, l'homme assis aura la certitude que des ennemis mortels de l'Islam se trouvent dans ces locaux dont lui parle son interlocuteur. En peu de temps, l'objectif est confirmé, le jeune homme a pris sa voiture, est arrivé à destination, s'est fait ouvrir la porte qui ne protège plus ses futures victimes, et élimine ceux qui lui ont été désignés. Sur le sol inondé de sang et de débris humains, les secours ne vont pas tarder à découvrir l'étendue des dégâts. La confirmation de la réussite de la mission sera donnée dès que l'assaillant aura pu communiquer avec son donneur d'ordres. Pour le moment, pas vraiment le temps de souffler, de se détendre même un instant : la traque est lancée. A la différence du drone de métal qui rentrera tranquillement à sa base sous le contrôle d'un second pilote, le jeune homme qui a tiré, qui a crié "Allah est grand", qui a vengé par le sang un autre sang versé, sait qu'il n'a que très peu de chances de rentrer chez lui, de retrouver famille et amis. Sera-t-il abattu par un tireur d'élite, mourra-t-il dans l'accident de la voiture dont il s'est emparé pour fuir, cherchera-t-il à forcer le barrage que forment trente policiers qui videront leurs chargeurs sur son corps déjà sans vie, il ne le sait pas encore. Mais il mourra, en martyr selon lui. Et de son sang naîtra un autre désir de vengeance.

 

Drones de riches, drones de pauvres, demeure vraie cette remarque faite il y a quelques heures à la télévision. On évoquait la centralisation de la décision, la décentralisation de l'action.

 

Je ne pleure pas sur les assassins. Leur faute ne relève plus de nous. Je pleure sur la société qui les engendre.

 

Régis Hulot.

Partager cet article

Repost 0
Published by Régis Hulot - dans Brut de décoffrage
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Régis Hulot
  • : Quelques réflexions sur le monde d'aujourd'hui, avec un brin d'humour quand c'est possible.
  • Contact

Imaginons qu'on réfléchisse...

"Lorsque les pères s'habituent à laisser faire les enfants, lorsque les fils ne tiennent plus compte de leurs paroles, lorsque les maîtres tremblent devant leurs élèves et préfèrent les flatter, lorsque finalement les jeunes méprisent les lois parce qu'ils ne reconnaissent plus, au-dessus d'eux  l'autorité de personne alors c'est là en toute jeunesse et en toute beauté, le début de la tyrannie."
Platon.

Recherche

Archives