Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 mars 2009 6 07 /03 /mars /2009 18:50
M.I.N. Marché d'intérêt national.

Dès 3 heures du matin, la ruche commence à bourdonner. Fruits et légumes, viandes ou fleurs à peine arrivés changent de mains et repartent vers les marchés, les détaillants, les restaurateurs. Ce sont environ cent entreprises qui réalisent chaque année un chiffre d'affaires de 500 millions d'euro et emploient plus de 1200 personnes, et rayonnent sur une bonne centaine de kilomètres. Une grosse entreprise qui compte dans la région.

Hier matin vendredi, une nouvelle catégorie de salariés est venue prendre part à la fête: policiers de la BAC (brigade anti-criminalité) et de la PAF, gendarmes, douaniers, fonctionnaires de l'URSSAF sont venus en nombre (on avait parlé de 25, ils étaient une bonne cinquantaine) pour contrôler camions à la sortie et à l'entrée, factures et documents officiels, identités et situation des employés. Rien que de très normal: la lutte contre le travail dissimulé (on dit plutôt "au black" dans le langage courant), contre la vente sans factures et sans règlement de la TVA, contre les divers trafics (les mauvaises langues évoquent les camions à double fond qui arrivent d'espagne avec leur chargement de tomates, de courgettes, et de cigarettes de contrebande!) est une chose qui s'explique et se justifie facilement. Ce qui a étonné les habitués, c'est le déploiement de forces et la méthode employée: cordon sanitaire tout autour du MIN, scellés sur les frigos, interrogatoires détaillés, ce qui change des contrôles habituels.

Selon la presse locale, quatre personnes ont été interpellées. Sans qu'on ait plus de détails sur les motifs de ces interpellations. Dans la conversation, j'entends dire qu'on a embarqué trois types qui étaient sans papiers... "trois gars qui chargeaient le camion du Secours populaire". A vérifier, si c'est possible. Mais si c'est avéré, en voilà trois qui vont certainement goûter du centre de rétention, antichambre de l'expulsion. Un bon point pour le nouveau "Commissaire aux questions de la nationalité et de l'immigration".

Commentaire d'un marchand qui connaît bien le MIN: "C'est difficile de trouver du monde pour travailler avec ces horaires, aller dans les frigos". Rien d'étonnant donc qu'on y trouve ceux qui, à défaut d'une situation normale à laquelle ils aspirent, sont contraints de trouver un moyen de subsistance.

Faites de beaux rêves.

Partager cet article

Repost 0
Published by Régis Hulot - dans Brut de décoffrage
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Régis Hulot
  • : Quelques réflexions sur le monde d'aujourd'hui, avec un brin d'humour quand c'est possible.
  • Contact

Imaginons qu'on réfléchisse...

"Lorsque les pères s'habituent à laisser faire les enfants, lorsque les fils ne tiennent plus compte de leurs paroles, lorsque les maîtres tremblent devant leurs élèves et préfèrent les flatter, lorsque finalement les jeunes méprisent les lois parce qu'ils ne reconnaissent plus, au-dessus d'eux  l'autorité de personne alors c'est là en toute jeunesse et en toute beauté, le début de la tyrannie."
Platon.

Recherche

Archives