Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 avril 2009 6 18 /04 /avril /2009 13:44
En 1936, George Orwell fait paraître Keep the Aspidistra flying. La première édition française de ce livre, sous la traduction de Yvonne Davet, a été publiée par les éditions Gallimard en 1960 sous le titre Et vive l'Aspidistra! J'ai entre les mains une édition de 2003, chez les éditions Ivrea à Paris.

En page de garde, ce texte.

Quand je parlerais les langues des hommes et des anges, si je n'ai pas d'argent, je ne suis qu'un airain qui résonne, ou une cymbale qui retentit. Et quand j'aurais le don de prophétie, et que je connaîtrais tous les mystères et toute la science, quand j'aurais toute la foi jusqu'à transporter les montagnes, si je n'ai pas d'argent, je ne suis rien.Et quand je distribuerais tous mes biens pour la nourriture des pauvres, quand je livrerais mon corps pour être brûlé, si je n'ai pas d'argent, cela ne me sert de rien. L'argent est patient; l'argent est plein de bonté; l'argent n'est point envieux, il n'est pas présomptueux, il ne s'enfle pas d'orgueil; il ne fait rien de malhonnête, il ne cherche pas son intérêt; il ne s'aigrit point, il ne soupçonne point le mal; il ne se réjouit pas de l'injustice, mais il met sa joie dans la vérité; il excuse tout, il croit tout, il espère tout, il supporte tout... Maintenant donc, ces trois choses demeurent: la foi, l'espérance et l'argent; mais la plus grande des trois est l'argent.


I Corinthiens, 12 (Adaptation)


Je crois que nous en reparlerons.

Et faites de beaux rêves.

Partager cet article

Repost 0
Published by Régis Hulot - dans A lire ou à pâlir
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Régis Hulot
  • : Quelques réflexions sur le monde d'aujourd'hui, avec un brin d'humour quand c'est possible.
  • Contact

Imaginons qu'on réfléchisse...

"Lorsque les pères s'habituent à laisser faire les enfants, lorsque les fils ne tiennent plus compte de leurs paroles, lorsque les maîtres tremblent devant leurs élèves et préfèrent les flatter, lorsque finalement les jeunes méprisent les lois parce qu'ils ne reconnaissent plus, au-dessus d'eux  l'autorité de personne alors c'est là en toute jeunesse et en toute beauté, le début de la tyrannie."
Platon.

Recherche

Archives