Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 avril 2009 2 28 /04 /avril /2009 02:18
C'était il y a quelques jours, dans un bistrot bien ordinaire. Le quotidien local traînait sur le bar, j'ai ouvert, parcouru cette prose peu passionnante parsemée de photos qui semblent être toutes et toujours les mêmes. Mais un article a attiré mon attention, consacré à une nouveauté qui semblait justifier trois colonnes, presque un quart de page, accompagnées d'une grande photo montrant les héros de l'affaire devant leur réalisation. Il s'agissait tout simplement d'un jeune couple qui avait enfin fait le saut: faire construire une maison un petit plus "écolo" que tout ce qui se fait encore aujourd'hui. Récupération des eaux de pluie dans une citerne enterrée de quelques mètres-cube (mais seulement pour arroser la pelouse du jardin), isolation renforcée (à base de laine de verre ou de polystyrène expansé?), et quatre ou six mètres carrés de panneaux solaires sur le toit.

Il serait trop simple de critiquer pour le plaisir ce genre d'initiative, qui, si elle est ce qui en était décrit, reste bien en deçà de ce qu'on sait faire, et de ce qu'il faudrait faire. Arroser le jardin à l'eau de pluie, pourquoi pas, sauf s'il s'agit de vouloir garder tout l'été un gazon digne des greens anglais. Renforcer l'isolation, c'est bien, mais pourquoi avec des matériaux dont l'élaboration est très "énergivore" (la laine de verre ou de roche) ou dont la nature les rend presque indestructibles à l'échelle de temps humaine (le polystyrène expansé, un des fléaux de notre temps). Mettre des panneaux solaires et les relier au système de chauffage, bonne idée, à condition que la maison ne soit pas une vraie passoire à courants d'air et que les aérations n'aient pas pour premier effet d'évacuer dehors la chaleur produite dedans.

On peut me trouver critique, trop critique, mais je ne me suis pas embarqué sans biscuits. Dans un récent numéro du Monde 2, publication vendue-donnée avec le quotidien daté du samedi, on publiait un très intéressant reportage sur la maison autonome. Et quelques magnifiques photographies d'une de ces maison sans chauffage construite à Paris, là où l'air n'est pas des plus purs ou des plus transparents.
Une maison qui ne consomme pas d'énergie pour être chaude l'hiver, et pas davantage pour être froide l'été (environ le quart de la consommation énergétique totale), c'est, expliquait l'architecte, une maison étanche, une coque bien fermée qui ne laisse pas entrer le froid ou la chaleur, ni l'air extérieur, et ne laisse pas sortir l'air intérieur. Pour ce faire, les murs, fenêtres (doubles ou triples vitrages) et portes sont conçus pour éviter les pertes intempestives. Parallèlement, l'air entrant (qui assure une indispensable ventilation) passe par un puits canadien qui le réchauffe l'hiver et le rafraîchit l'été, et à(aux) la sortie(s) d'évacuation de l'air vicié, un système "double flux" récupère les calories et les réinjecte si nécessaire à l'intérieur de l'habitation. Ce qui fait que si on peut avoir l'impression de na pas avoir très chaud un soir d'hiver, il suffit, selon l'architecte, d'allumer quelques bougies, de se faire chauffer un café, ou, mieux, d'inviter quelques amis - dont la chaleur "animale" fera remonter la température.
Bien entendu, je n'ai pas parlé de la récupération des eaux de pluie (WC, lave-linge, arrosage éventuel des plantes dans la courette), ni des panneaux photo-voltaïques qui fournissent la plus grande partie de l'électricité utilisée essentiellement pour l'éclairage et le matériel domestique.

Et curieusement, le constructeur démontre que ce genre de construction ne coûte pas plus cher que le "tout parpaing-chauffage électrique" qui semble être l'alpha et l'oméga de la plupart des constructeurs. Ne coûte pas plus cher sur le long terme, évidemment, puisqu'au lieu de payer peu cher une maison qui coûtera des fortunes à chauffer pendant 30 ans, on paie un peu plus cher une maison qui fournira les mêmes services pour un prix dérisoire ensuite.

Et qui ouvre certainement la porte à des comportements plus modestes, à une forme de frugalité qu'il vaut mieux choisir aujourd'hui avant d'y être contraint demain.

Et dans nos mairies, les critères énergétiques sont-ils pris en compte dans la délivrance des permis de construire?

Partager cet article

Repost 0
Published by Régis Hulot - dans Serais-je "écolo"
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Régis Hulot
  • : Quelques réflexions sur le monde d'aujourd'hui, avec un brin d'humour quand c'est possible.
  • Contact

Imaginons qu'on réfléchisse...

"Lorsque les pères s'habituent à laisser faire les enfants, lorsque les fils ne tiennent plus compte de leurs paroles, lorsque les maîtres tremblent devant leurs élèves et préfèrent les flatter, lorsque finalement les jeunes méprisent les lois parce qu'ils ne reconnaissent plus, au-dessus d'eux  l'autorité de personne alors c'est là en toute jeunesse et en toute beauté, le début de la tyrannie."
Platon.

Recherche

Archives