Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 avril 2009 5 24 /04 /avril /2009 11:18
Il paraît qu'Alain Bernard a fait exploser le chronomètre en nageant 100 mètres en moins de 47 secondes. Soit 7,65 km/h, ce qui est celle d'un marcheur pressé. Dans l'eau, c'est rapide, même très rapide, voire inimaginable.

Et aussitôt, c'est la grande polémique. Record du monde ou pas record du monde? Homologué ou pas homologué? Et tout cela à cause de la combinaison que portait le nageur, sorte de "seconde peau" comme disent les spécialistes, qui assure une meilleur flottaison et réduit donc la part de l'effort consacrée au maintien dans l'eau.
Pour ma part, je me demande si on ne ferait pas l'économie de ce genre de débats si on en revenait à la lettre et à l'esprit des jeux antiques où les athlètes concourraient nus, dans ce que le poète appelait le "simple appareil d'une beauté qu'on vient d'arracher au sommeil" (Britannicus, II, 2). Ainsi (dé)vêtus, nul ne serait soupçonnable d'utiliser quelque accessoire que ce soit qui améliorerait ses performances. Evidemment, je ne parle pas de ce qu'ingurgitent les concurrents, puisque le problème du dopage (qu'on devrait encourager, à mes yeux, pour faire progresser la pharmacie et les audiences télévisuelles) se posait déjà il y a plus de deux millénaires et demi.

Et on pourrait aussi faire oeuvre d'élévation morale. Comme chez les Grecs, on pourrait n'admettre dans les stades que les jeunes vierges (en plus des enfants et des hommes) pour encore magnifier à leurs yeux l'image du mâle dans toute sa force et sa vaillance. Encore que ce point est contesté par les historiens, qui ne semblent pas capables de dégager de consensus, les uns acceptant cette version, les autres la refusant. Quant à la question de la présence des femmes mariées, elle ne se pose pas: au gynécée, et vite!

Partager cet article

Repost 0
Published by Régis Hulot - dans Brut de décoffrage
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Régis Hulot
  • : Quelques réflexions sur le monde d'aujourd'hui, avec un brin d'humour quand c'est possible.
  • Contact

Imaginons qu'on réfléchisse...

"Lorsque les pères s'habituent à laisser faire les enfants, lorsque les fils ne tiennent plus compte de leurs paroles, lorsque les maîtres tremblent devant leurs élèves et préfèrent les flatter, lorsque finalement les jeunes méprisent les lois parce qu'ils ne reconnaissent plus, au-dessus d'eux  l'autorité de personne alors c'est là en toute jeunesse et en toute beauté, le début de la tyrannie."
Platon.

Recherche

Archives