Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 mai 2009 6 09 /05 /mai /2009 10:32
Hulot essaie d'être un bon citoyen. Il est donc allé, sur l'amicale et pressante invitation d'un sien voisin, entre autres qualités membre du Parti socialiste, à une réunion au cours de laquelle allait être précisées les nouvelles conditions de l'exercice du "dialogue citoyen". Rien que le titre aurait dû me faire fuir: pas besoin de l'onction des autorités municipales pour que les citoyens dialoguent entre eux, et fassent part de leurs idées (via le vote, par exemple) aux élus. Mais j'aurais eu tort de m'abstenir, au moins pour une raison.

Nos élus se sont paraît-il rendu compte que les différentes structures où s'expriment les gens ne s'ouvrent pas à tout le monde. En gros, ceux qui ont du mal à s'exprimer, pour mille raisons dont je vais vous faire grâce ici, ne s'expriment pas, et qu'on ne peut donc savoir ce qu'ils souhaitent, et que ce sont d'autres qui "souhaitent à leur place". D'où l'idée du tirage au sort (partiel) des membres des futurs "conseils de quartier" (je rappelle toujours avec plaisir qu'en russe "conseil" se dit "soviet"). Excellente idée, qui n'est pourtant pas neuve, puisque à Athènes, au temps où naissait le démocratie il y a 2500 ans, beaucoup de magistratures étaient exercées par des citoyens tirés au sort, sans possibilité de refuser ce qui était à la fois une charge et un honneur. Mais ici, pas question d'obliger les tirés au sort à siéger... comme si une idée réinventée devait toujours avoir un air d'avorton honteux.


Faites de beaux rêves.

Partager cet article

Repost 0
Published by Régis Hulot - dans Brut de décoffrage
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Régis Hulot
  • : Quelques réflexions sur le monde d'aujourd'hui, avec un brin d'humour quand c'est possible.
  • Contact

Imaginons qu'on réfléchisse...

"Lorsque les pères s'habituent à laisser faire les enfants, lorsque les fils ne tiennent plus compte de leurs paroles, lorsque les maîtres tremblent devant leurs élèves et préfèrent les flatter, lorsque finalement les jeunes méprisent les lois parce qu'ils ne reconnaissent plus, au-dessus d'eux  l'autorité de personne alors c'est là en toute jeunesse et en toute beauté, le début de la tyrannie."
Platon.

Recherche

Archives