Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 mai 2009 1 18 /05 /mai /2009 13:53
Je l'avoue, je ne sais pas grand chose du Sri Lanka, qu'on appelait jadis Ceylan et d'où est censé venir le thé que je bois le matin. Je n'en sais pas plus sur la guerre (au cours de laquelle sont morts des dizaines de milliers de personnes) qui a opposé durant plus d'une génération les Tigres tamouls, sécessionnistes, et le pouvoir central de Colombo. J'apprends que c'en est fini de cette guerre, de cette révolte fondée sur des raisons religieuses, ethniques, historiques... et tant d'autres certainement.

Les vainqueurs restent des vainqueurs, et ils auraient tort de se gêner, puisque tout cela s'est fait et se fera dans l'indifférence générale... Il ne fera pas bon être Tamoul dans les jours, les mois, les années à venir.

Le plus triste dans tout cela, c'est de voir le pitoyable Kouchner qui s'agite, qui fait de grands moulinets devant les journalistes, qui déclare, qui s'insurge devant le massacre... Et dire qu'il ne sert à rien, puisque c'est l'homme aux multiples cerveaux qui dirige et s'occupe de tout - et qui n'a rien dit, à ma connaissance. Alors, les cris d'orfraie de Kouchner... Il est temps de faire nos adieux à M. Bernard Kouchner qui nous a fait rêver jadis, en qui nous avons cru, dont nous avons cru qu'il nous aiderait à changer (un peu) le monde.

Adieu, Bernard.

Partager cet article

Repost 0
Published by Régis Hulot - dans Brut de décoffrage
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Régis Hulot
  • : Quelques réflexions sur le monde d'aujourd'hui, avec un brin d'humour quand c'est possible.
  • Contact

Imaginons qu'on réfléchisse...

"Lorsque les pères s'habituent à laisser faire les enfants, lorsque les fils ne tiennent plus compte de leurs paroles, lorsque les maîtres tremblent devant leurs élèves et préfèrent les flatter, lorsque finalement les jeunes méprisent les lois parce qu'ils ne reconnaissent plus, au-dessus d'eux  l'autorité de personne alors c'est là en toute jeunesse et en toute beauté, le début de la tyrannie."
Platon.

Recherche

Archives