Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 mai 2009 6 30 /05 /mai /2009 07:55
Ni elle, ni aucun autre membre de sa famille ne viendra fouler le sable des plages du Calvados le 6 juin prochain pour commémorer le débarquement des Alliés le 6 juin 1944, ce qui fut le "D Day", l'ouverture du second front stratégique contre l'Allemagne nazie. Pas officiellement invitée, la plus ancienne monarchie (je ne vexe personne, au moins?) d'Europe restera à la maison.

Il est bien dommage d'avoir des gouvernants aussi mal élevés (ça, on le sait depuis longtemps) et si peu cultivés - si la culture inclut un minimum de connaissances sur l'histoire contemporaine. On se demande si notre nanoprésident, partant ses différents "collaborateurs", connaît le nom d'un certain roi d'Angleterre qui resta, en compagnie de sa famille, à Londres dans le seul but de partager le sort des citoyens anglais, et les prénoms de ces deux jeunes filles qui ne manquaient pas de revêtir l'uniforme des nurses chargées de distribuer réconfort ou soins aux victimes du blitz. Tout cela n'est pas bien grave, au fond, il ne s'agit que d'une erreur, que d'une faute de goût supplémentaire qui ne semble pas avoir beaucoup d'influence sur les choix des électeurs.

Ceux qui ont parcouru ces plages, bien des années plus tard, qui ont contemplé ces tapis de pelouses toujours vertes et leurs alignements blancs, savent ce que l'histoire veut dire, ce qui n'est pas le cas de tout le monde.

Faites de beaux rêves.

Partager cet article

Repost 0
Published by Régis Hulot - dans Brut de décoffrage
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Régis Hulot
  • : Quelques réflexions sur le monde d'aujourd'hui, avec un brin d'humour quand c'est possible.
  • Contact

Imaginons qu'on réfléchisse...

"Lorsque les pères s'habituent à laisser faire les enfants, lorsque les fils ne tiennent plus compte de leurs paroles, lorsque les maîtres tremblent devant leurs élèves et préfèrent les flatter, lorsque finalement les jeunes méprisent les lois parce qu'ils ne reconnaissent plus, au-dessus d'eux  l'autorité de personne alors c'est là en toute jeunesse et en toute beauté, le début de la tyrannie."
Platon.

Recherche

Archives