Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 juin 2009 1 01 /06 /juin /2009 21:18
C'est donc fait. Ce 1er juin 2009 marque une date non seulement dans l'histoire économique et financière des Etats-Unis d'Amérique, mais encore plus, certainement, dans la conscience collective des américains. La chute de la GM, c'est, après celle de CHRYSLER qui va tomber dans les mains de FIAT (après un bref passage des Allemands de Daimler-Benz), après celle de ENRON, après celle de la PanAm, la marque d'une mutation économique qui semble arracher des mains américaines (et "occidentales") une bonne partie des leviers de commandes.

Inutile de se lamenter sur le sort de tous ceux qui, par aveuglement, incompétence, ou faiblesse de caractère, ont provoqué cette situation. Inutile d'imaginer que ceux qui nous ont présenté l'hyper-libéralisme comme la seule voie à suivre vont saisir l'occasion pour reconsidérer leurs positions. Les uns comme les autres retrouveront bien à se recaser, garantissant à la fois leur avenir et leurs revenus.

En revanche, je crois qu'il n'est pas inutile de s'interroger sur le sort de ces milliers d'ouvriers(ères), d'employés(ées), de cadres moyens voire supérieurs, ceux qui depuis toujours, au prix de bien des sacrifices, ont fait tourner la boutique. Certes, les ouvriers de l'automobile américains ne sont pas les plus malheureux du monde. Ils ont été bien défendus par des syndicats puissants (et pas toujours incontestables...), ils ont réussi à obtenir un grand nombre d'avantages matériels, et ils ont bien profité d'un système qui a souvent été généreux avec eux.

Mais demain ? Ceux qui vont être licenciés vont perdre salaire, avantages divers et variés, couverture médicale, et espoir d'un retraite confortable. A propos de retraite, ceux qui s'y trouvent déjà vont certainement en perdre la quasi-totalité, et la protection sociale qui va avec. Sans compter ceux qui ont eu la faiblesse d'investir leurs économies dans des actions qui valaient 30 dollars il y a un an, et moins d'un dollar il y a quelques heures - la leçon d'ENRON n'a pas été comprise par tout le monde, hélas.
Ces tristes constatations doivent nous aider à nous souvenir de certains discours, pas si lointains mais un peu en sommeil aujourd'hui, qui préconisaient la constitution de pensions de retraite par capitalisation, l'investissement de l'épargne salariale dans des fonds internes aux entreprises, bref, l'incitation à faire rentrer au plus vite dans les fonds des entreprises ce qu'elles étaient contraintes de faire sortir sous forme de salaires.

Nous allons voter dans quelques heures. Pourquoi ne pas interroger les candidats (et plus précisément leurs écrits) sur la vision qu'ils ont des systèmes de protection sociale...

Faites de beaux rêves.

Partager cet article

Repost 0
Published by Régis Hulot - dans Brut de décoffrage
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Régis Hulot
  • : Quelques réflexions sur le monde d'aujourd'hui, avec un brin d'humour quand c'est possible.
  • Contact

Imaginons qu'on réfléchisse...

"Lorsque les pères s'habituent à laisser faire les enfants, lorsque les fils ne tiennent plus compte de leurs paroles, lorsque les maîtres tremblent devant leurs élèves et préfèrent les flatter, lorsque finalement les jeunes méprisent les lois parce qu'ils ne reconnaissent plus, au-dessus d'eux  l'autorité de personne alors c'est là en toute jeunesse et en toute beauté, le début de la tyrannie."
Platon.

Recherche

Archives