Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 juin 2009 5 05 /06 /juin /2009 10:21
Évidemment, cela choque un peu, cet homme qui, assis par terre, à côté du gobelet en carton où les passants sont invités à déposer leur obole, exhibe cette épaule sans bras, cette cicatrice censée attendrir et émouvoir le chaland.

Passent trois cyclistes de la Police Municipale. L'un d'eux intime l'ordre au mendiant de ramasser le produit de sa quête, mais surtout de cacher cette épaule, ce semblant de moignon. "On ne doit pas exhiber une blessure dans la rue aux fins de mendicité", m'explique-t-on. Et de toutes façons, "ce monsieur est roumain" et on ne doit pas faire la manche, tout comme on ne doit pas s'alcooliser en public... "Et vous qui parlez si fort, faites donc quelque chose pour lui, plutôt que de protester"...

Un peu plus loin, un type joue de la musique devant une fontaine. Je ne vais pas aller voir si ces policiers municipaux sont mélomanes. Le type en question, lui, est français. Nous avons parlé un peu ensemble.

Faites de beaux rêves.

Partager cet article

Repost 0
Published by Régis Hulot - dans Brut de décoffrage
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Régis Hulot
  • : Quelques réflexions sur le monde d'aujourd'hui, avec un brin d'humour quand c'est possible.
  • Contact

Imaginons qu'on réfléchisse...

"Lorsque les pères s'habituent à laisser faire les enfants, lorsque les fils ne tiennent plus compte de leurs paroles, lorsque les maîtres tremblent devant leurs élèves et préfèrent les flatter, lorsque finalement les jeunes méprisent les lois parce qu'ils ne reconnaissent plus, au-dessus d'eux  l'autorité de personne alors c'est là en toute jeunesse et en toute beauté, le début de la tyrannie."
Platon.

Recherche

Archives