Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 juin 2009 1 08 /06 /juin /2009 12:26
Hier, nous avons voté pour élire nos députés au Parlement européen. Le scrutin avait lieu par circonscriptions ad hoc, à la proportionnelle à un tour, la répartition se faisant à la plus forte moyenne entre les listes bloquées.

Pour savoir ce qu'il en était vraiment de la représentativité des nouveaux élus (qui sont évidemment légitimes!), j'ai pris ma calculette et j'ai regardé les résultats dans ma propre circonscription. Et voilà ce que cela donne.

Inscrits, 6.176.454
Votants, 2.618.040
Exprimés, 2.506.696, soit un taux d'abstention de 57,61%

Cinq listes ont obtenu des élus.
L'UMP, 680.664 voix, 3 élus (226.888 voix par élu - mais la même liste n'a besoin que de 150.380 voix par élu dans une circonscription voisine...);
le PS, 433.248 voix, 2 élus (216.624 voix par élu);
Europe Ecologie, 417.232 voix, 2 élus (208.616 voix par élu);
Libertas, 257.406 voix, 1 élu
(Philippe De Villiers, tête de liste);
Le MoDem, 212.471 voix, 1 élu.

Les quinze autres listes en présence dont les résultats oscillent entre 128.634 voix (5,13%) et 394 voix (0,02%) se partagent les 505.675 voix restantes, soit l'équivalent de deux sièges.

Si on fait le total des voix de ceux qui ont des élus, on arrive à 2.001.021 voix, soit moins de 80% des suffrages exprimés. En allant plus loin, on peut également dire que ces cinq groupes qui ont des élus dans cette circonscription représentent à peine le tiers (32,40%) des électeurs inscrits.

Voilà pourquoi on peut se demander à quoi peuvent bien servir tous ces commentaires, et quelles conclusions éclairées peuvent être tirées d'un scrutin qui s'est déroulé dans des conditions qu'il est inutile de rappeler.

Faites de beaux rêves.

Partager cet article

Repost 0
Published by Régis Hulot - dans Brut de décoffrage
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Régis Hulot
  • : Quelques réflexions sur le monde d'aujourd'hui, avec un brin d'humour quand c'est possible.
  • Contact

Imaginons qu'on réfléchisse...

"Lorsque les pères s'habituent à laisser faire les enfants, lorsque les fils ne tiennent plus compte de leurs paroles, lorsque les maîtres tremblent devant leurs élèves et préfèrent les flatter, lorsque finalement les jeunes méprisent les lois parce qu'ils ne reconnaissent plus, au-dessus d'eux  l'autorité de personne alors c'est là en toute jeunesse et en toute beauté, le début de la tyrannie."
Platon.

Recherche

Archives