Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 juillet 2009 3 29 /07 /juillet /2009 09:19
Il arrive de tomber par hasard sur un bon livre, et que ce plaisir, cette chance, soit augmenté par le seul fait qu'il vous a été offert. On peut ainsi un bref instant toucher du doigt ce miracle qui fait que quelqu'un d'autre vous connaît si bien qu'il est capable de vous deviner, de trouver aux rayonnages d'une librairie et le sujet, et le personnage, et le style qui vous toucheront.

Il en est ainsi d'un livre que vient de publier, chez Robert Laffont, Dominique Missika, déjà auteur d'une biographie de Bertie Albrecht.
Dans "Je vous promets de revenir. 1940-1945, le dernier combat de Léon Blum", nous accompagnons Léon Blum dans ces années bien noires de la guerre. Incarcération dans différentes prisons françaises, procès de Riom avorté, livraison aux nazis, déportation à Buchenwald dans une sorte de prison dorée (où il était conservé comme éventuelle monnaie d'échange?), longue errance dans une Allemagne décomposée en avril 1945 jusqu'à sa libération par les forces alliées.
Mais il ne s'agit pas seulement d'un livre d'histoire, cette histoire qui a déjà été mille fois racontée, et par son principal protagoniste dans "Le dernier mois" réédité en 2000. Il s'agit aussi d'une assez étrange histoire d'amour, celle d'une gamine de 16 ans qui tombe amoureuse d'un homme déjà mûr - il a passé la quarantaine, et qui, en 1940, va choisir d'abandonner sa famille dans la tourmente de 1940 pour se consacrer à celui qu'elle aime et dont elle est vraisemblablement la maîtresse depuis 1938. Et c'est ainsi que de prison en prison, jusqu'en Allemagne où elle réussira à rejoindre Blum et où elle l'épousera, à Buchenwald, avec l'aval de Himmler!

En nous racontant l'histoire de cette femme qui sera donc la troisième Mme Blum, et qui choisira de disparaître volontairement en 1982 à près de 82 ans - plus de trente ans après Léon Blum, Dominique Missika sait donner à un homme devenu une icône de la Gauche française une forme d'
humanité, de profondeur, de fragilité que les livres d'histoire négligent souvent. A se demander si la force qu'il a pourtant su trouver tout au long de ces années de souffrance et d'humiliation ne lui pas venue d'une femme et de l'amour qu'il en a reçu, et qu'il a su lui rendre.

Partager cet article

Repost 0
Published by Régis Hulot - dans A lire ou à pâlir
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Régis Hulot
  • : Quelques réflexions sur le monde d'aujourd'hui, avec un brin d'humour quand c'est possible.
  • Contact

Imaginons qu'on réfléchisse...

"Lorsque les pères s'habituent à laisser faire les enfants, lorsque les fils ne tiennent plus compte de leurs paroles, lorsque les maîtres tremblent devant leurs élèves et préfèrent les flatter, lorsque finalement les jeunes méprisent les lois parce qu'ils ne reconnaissent plus, au-dessus d'eux  l'autorité de personne alors c'est là en toute jeunesse et en toute beauté, le début de la tyrannie."
Platon.

Recherche

Archives