Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 septembre 2009 1 14 /09 /septembre /2009 20:38
Nous sommes partis juste après midi. Trois heures de voiture avant d'arriver en vue de la lande où nous attendait, fidèle entre les fidèles à cet endroit, le vent, un bon vent de nord-est bien sec et bien vif. Nous avons traversé la fête foraine, laissant de côté les marchands de voitures d'occasion ou de matériel agricole. Nous avons vite bifurqué en direction de l'allée des rotisseurs, passage obligé, passage traditionnel depuis qu'à Lessay on se retrouve pour cette foire Sainte-Croix créée il y a un millénaire environ (au XIIème siècle), pour aller commander l'épaule d'agneau que nous mangerons ce soir, sous les tentes où on loue son couvert.
J'étais venu en 1984 ou 85, et auparavant à la fin des années 50 ou au début des années 60; Dieu merci, rien n'a changé, et il n'a pas été trop difficile de s'y retrouver...
Nous y voilà.



Pas facile de choisir...



Sauf à demander conseil aux rôtisseurs eux-mêmes.

L'après-midi, nous allons le passer à nous promener dans l'enclos de la foire aux chiens (pas beaucoup de garantis LOF, mais quelques beaux specimen tout de même) ou à la volaille (poules, oies, canards, pigeons voyageurs...), avant d'aller faire un tour du côté des plus grosses bêtes, les bovins qui sont en plein concours.



Les organisateurs et les lauréats prennent la pose...




Le lendemain, rapide périple un peu plus urbain. Nous passerons devant le lycée que j'ai fréquenté jusqu'en 5ème, l'immeuble où j'ai vécu six ans et où la famille a découvert la modernité (chauffage central, salle de bains, machine à laver le linge, toilettes à l'intérieur de l'appartement...), et les quelques vestiges d'une ville totalement détruite par les bombardements de 1944. Un exemple.







Faites de beaux rêves.

Partager cet article

Repost 0
Published by Régis Hulot - dans Brut de décoffrage
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Régis Hulot
  • : Quelques réflexions sur le monde d'aujourd'hui, avec un brin d'humour quand c'est possible.
  • Contact

Imaginons qu'on réfléchisse...

"Lorsque les pères s'habituent à laisser faire les enfants, lorsque les fils ne tiennent plus compte de leurs paroles, lorsque les maîtres tremblent devant leurs élèves et préfèrent les flatter, lorsque finalement les jeunes méprisent les lois parce qu'ils ne reconnaissent plus, au-dessus d'eux  l'autorité de personne alors c'est là en toute jeunesse et en toute beauté, le début de la tyrannie."
Platon.

Recherche

Archives