Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 janvier 2010 4 07 /01 /janvier /2010 10:56

97%

 

Révolution !

Notre nanoprésident viendrait – je n'ai pas entendu, 2010 sera pour moi une cure, un sevrage – d'annoncer que les entrepreneurs individuels vont pouvoir protéger leur patrimoine individuel ou familial en cas de faillite de leur activité professionnelle.

Je dois être stupide. Je croyais que la relativement récente “ EURL ” (entreprise uni-personnelle à responsabilité limitée, qui est plutôt une SàRL à associé unique) avait permis de dissocier le patrimoine personnel du patrimoine industriel ou commercial. A moins que ce qui fut fait à l'époque n'ait servi à rien, les banques continuant à demander des cautions conjointes et solidaires à leurs clients, ce qui fait rentrer dans le risque le patrimoine privé (quand il existe – j'ai connu un entrepreneur qui avait de très bonne grâce donné caution sur des biens... dont il était locataire: belle maison meublée avec goût, voiture confortable, etc.).



La vertu de cette annonce est peut-être ailleurs, dans le 97% qui me sert de titre. En effet, ce sont 97% des entreprises françaises qui sont des TPE (très petites entreprises) de moins de 10 salariés, des entreprises qui peuvent être exploitées en nom propre ou sous forme de SàRL qu'on pourrait appeler “ de base ” parce que se cantonnant aux minima légaux pour exister.

Et ces TPE restent sous ce seuil pour échapper à l'obligation du délégué syndical, dirigées par des gens qui sont, très naturellement, des électeurs potentiels dont on aura bien besoin dans deux mois. Ce qui est pris n'est plus à prendre.



Faites de beaux rêves.

Partager cet article

Repost 0
Published by Régis Hulot - dans Brut de décoffrage
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Régis Hulot
  • : Quelques réflexions sur le monde d'aujourd'hui, avec un brin d'humour quand c'est possible.
  • Contact

Imaginons qu'on réfléchisse...

"Lorsque les pères s'habituent à laisser faire les enfants, lorsque les fils ne tiennent plus compte de leurs paroles, lorsque les maîtres tremblent devant leurs élèves et préfèrent les flatter, lorsque finalement les jeunes méprisent les lois parce qu'ils ne reconnaissent plus, au-dessus d'eux  l'autorité de personne alors c'est là en toute jeunesse et en toute beauté, le début de la tyrannie."
Platon.

Recherche

Archives