Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 octobre 2011 6 15 /10 /octobre /2011 18:16

Mais d'où vient donc ce fantasme de la majorité absolue, qui sert trop souvent de caution au pouvoir absolu? Et pourquoi donc vouloir à tout prix se calquer sur ce que Gaston Monnerville appela en son temps une "forfaiture", l'élection néo-bonapartiste du président de la République au suffrage universel direct?

 


 

Demain, second tour des "primaires citoyennes", terme par lequel le parti socialiste a désigné le vote qui lui permettra de faire choisir son candidat aux élections présidentielles par tous ceux qui en auront eu le désir.

 

Dimanche dernier a eu lieu un premier tour, qui a donné (environ) 40% des voix au premier, 30% au second, 17% au troisième, et moins de 10% aux trois autres candidats. En un mot, dans un premier tour où on choisit, 4 électeurs sur 10 on préféré François Hollande à tous les autres. C'est un beau score, mais ce n'est pas la majorité absolue. Et comme ce n'est pas la majorité absolue, il faudra faire un second tour, ce qui signifie que 4/10ème des voix quand il y a six candidats, c'est moins bien que 5/10ème +1 quand il y en a deux.

 

Et si le premier tour permet de choisir, le second est fait pour éliminer, c'est à dire voter non plus "pour", mais "contre". Et cela à la suite de multiples tractations (toujours niées, d'ailleurs), de multiples marchandages (n'oublions pas qu'il y aura des postes à pourvoir en mai prochain), qui provoquent des alliances de carpes et de lapins du plus bel effet. Le "révolutionnaire" Montebourg qui appelle à voter Hollande, et Mme Royal qui justifie un appel dans le même sens par le fait (entre autres) qu'elle a eu quatre enfants avec celui qui a été son compagnon et qu'elle soutient désormais. Je n'évoque pas, évidemment, les cas de MM. Baylet et Valls.

 

Le (ou la) candidat(e) qui sera désigné demain sera donc, pour 6 électeurs sur 10 (ceux qui n'ont pas voté Hollande au premier tour), un choix contrarié, faute de mieux, par défaut, exactement ce qu'on a reproché à Mme Aubry d'être, après la mésaventure de M. Strauss-Kahn.

En gros, cette méthode à deux tours va surtout produire des mécontents.

 

Alors, ne pourrait-on réfléchir à un système, si on a vraiment envie d'organiser des "primaires" (ce à quoi je suis personnellement hostile, raison pour laquelle je ne vais pas voter) qui pourraient ressembler à la finale du 100 mètres.

Huit couloirs au plus, huit concurrents au plus, et la victoire à celui qui arrive en tête, même d'un centième de seconde, tout simplement.

 

RH

 

 

NB article rédigé ce samedi 15 octobre 2011, avant le vote et les résultats.

Partager cet article

Repost 0
Published by Régis Hulot - dans Brut de décoffrage
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Régis Hulot
  • : Quelques réflexions sur le monde d'aujourd'hui, avec un brin d'humour quand c'est possible.
  • Contact

Imaginons qu'on réfléchisse...

"Lorsque les pères s'habituent à laisser faire les enfants, lorsque les fils ne tiennent plus compte de leurs paroles, lorsque les maîtres tremblent devant leurs élèves et préfèrent les flatter, lorsque finalement les jeunes méprisent les lois parce qu'ils ne reconnaissent plus, au-dessus d'eux  l'autorité de personne alors c'est là en toute jeunesse et en toute beauté, le début de la tyrannie."
Platon.

Recherche

Archives