Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 décembre 2011 2 06 /12 /décembre /2011 02:15

 

 

http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcTP3IsQG-zfN_qs6tYgRRmbYZfl4GAX2iKtZtpZU8DS4TpEYX-QuA

 

 

Mme Merkel et M. Sarkozy se sont de nouveau rencontrés à Paris pour régler une fois (de plus) pour toutes le "problème de la dette". Inutile de dire que plusieurs centaines de millions d'Européens se réjouissent déjà de savoir que leurs gouvernants ont le plus cher désir de régler un problème, on allait dire pour une fois, même si, in fine, personne ne doute que ce sera en allant chercher l'argent là où il est, c'est à dire dans la poche de ceux qui ne sont pas assez riches pour le dissimuler.

 

Tout cela pour - enfin - "rassurer les marchés".

 

Ma sagace épouse (tous mes lecteurs savent que j'ai une épouse sagace) a réussi à trouver, sur la toile, les quelques épisodes d'une série (à l'époque, on disait peut-être aussi feuilleton) reprenant le voyage d'Ulysse vers sa patrie, Itaque, après la chute de Troie, c'est à dire l'Odyssée.

A plusieurs reprises, Ulysse est interrogé par ceux qui le recueillent pour savoir quelle aide il est possible de lui apporter, mais la grande question est de savoir si cette aide offerte au voyageur de passage ne sera pas de nature à s'attirer la colère des dieux. Car, ce que craignent par dessus tout ces hommes, qu'ils soient princes ou gueux, c'est la colère des dieux.

Et Ulysse (le "rusé Ulysse", dit Homère) va mentir à plusieurs reprises, et exposer ceux qui sont venus à son secours à la vengeance divine, lui-même poursuivi par la colère de Poseïdon, entre autres.

 

Si j'évoque l'Odyssée, c'est que j'ai l'impression qu'à plusieurs millénaires de distance, les rois et les princes qui nous gouvernent ont toujours la même crainte, celle d'événements auxquels ils ont du mal à trouver une cause, et autant de mal à imaginer les conséquences. Et les uns comme les autres n'ont alors qu'un but, apaiser la colère des dieux, apaiser la colère des marchés.

 

"Ni dieu, ni César, ni tribun", dit la chanson. On aimerait parfois chez tous ces gens nourris de technique, bardés de diplômes, carapaçonnés de compétences, un peu plus de rationalité d'une part, un peu plus d'imagination d'autre part.

 

Faites de beaux rêves.

Partager cet article

Repost 0
Published by Régis Hulot - dans Brut de décoffrage
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Régis Hulot
  • : Quelques réflexions sur le monde d'aujourd'hui, avec un brin d'humour quand c'est possible.
  • Contact

Imaginons qu'on réfléchisse...

"Lorsque les pères s'habituent à laisser faire les enfants, lorsque les fils ne tiennent plus compte de leurs paroles, lorsque les maîtres tremblent devant leurs élèves et préfèrent les flatter, lorsque finalement les jeunes méprisent les lois parce qu'ils ne reconnaissent plus, au-dessus d'eux  l'autorité de personne alors c'est là en toute jeunesse et en toute beauté, le début de la tyrannie."
Platon.

Recherche

Archives