Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 mars 2011 4 17 /03 /mars /2011 19:36

On n'a vu que des ombres, sur le gris-bleu du ciel, celles de ces braves et solides Chinook que construit depuis cinquante ans Boeing et qui ont été de toutes les missions, de toutes les guerres, avec, au bout d'une élingue, un gros sac plein d'eau qui s'ouvre. Et puis, cela a été ces splendides camions rouges, flambants neufs, équipés des super-lances censées noyer les quatre réacteurs en perdition sous des tonnes d'eau. Et, cerise sur le gâteau comme on dit, quelques brèves secondes sur un de ces fameux drones américains qui font merveille (!) en Afghanistan et en Irak (et peut-être ailleurs aussi).

 

On allait dire "enfin, les grands moyens". Ou plutôt, enfin des moyens à la hauteur de la catastrophe...

 

Ce qu'on sait, aujourd'hui, c'est qu'il y a pas mal d'années les américains s'étaient étonnés de l'emplacement des groupes électrogènes de secours situés en dessous du niveau de la mer... que cette centrale (le "power plant" au sens large) devait résister à un tremblement de terre d'une magnitude de 7 (cette fois, ce fut prsque 9)... que la protection contre les tsunami était prévue pour une vague de 5 mètres (et ce fut bien plus)...

 

Ici, comme ailleurs, quel que soit le régime politique, quelles que soient les technologies, le premier impératif des constructeurs semble de faire bon marché d'une part, et secret d'autre part.

 

Car s'il y a une grande constante chez tous les nucléaristes, c'est le mensonge.

 

 

Alors, la démocratie...

 

 

Faites de beaux rêves.

Partager cet article

Repost 0
Published by Régis Hulot - dans Brut de décoffrage
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Régis Hulot
  • : Quelques réflexions sur le monde d'aujourd'hui, avec un brin d'humour quand c'est possible.
  • Contact

Imaginons qu'on réfléchisse...

"Lorsque les pères s'habituent à laisser faire les enfants, lorsque les fils ne tiennent plus compte de leurs paroles, lorsque les maîtres tremblent devant leurs élèves et préfèrent les flatter, lorsque finalement les jeunes méprisent les lois parce qu'ils ne reconnaissent plus, au-dessus d'eux  l'autorité de personne alors c'est là en toute jeunesse et en toute beauté, le début de la tyrannie."
Platon.

Recherche

Archives