Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 novembre 2010 2 23 /11 /novembre /2010 17:46

 

Je vais faire grâce de tout commentaire sur la dernière saillie du président de la république. Comme il ne va se trouver personne pour avoir le courage de lui dire qu'il est contraint à certaines règles de bienséance, nous savons que nous en avons encore pour 18 mois à avoir honte du personnage qui, il faut bien le dire, a été élu le plus démocratiquement du monde.

 

C'est à dessein que j'ai titré cet article de cette façon.

 

Au Pakistan, les marchands de mort lente ou de mort subite ont encore fait leur travail, et il en faudra plus que les déclarations de tous ces personnages pour nous faire croire à la morale de ce genre de marchés. Mais le principe étant que si ce n'est pas nous qui gagnons un argent honteux à vendre des armes qui vont faire les massacres qu'on sait, ce sont nos concurrents, et que, puisqu'il s'agit de gagner de l'argent, autant qu'il tombe dans notre poche. Je vais juste plaindre (un peu, seulement un peu) le pauvre Juppé qui, tout nouveau ministre de la défense, doit se saisir du bâton merdeux qu'on lui rend. Quant aux autres...

 

En Haïti, on meurt gaillardement, les tripes vidées en deux jours directement sur le sol, et ce ne sont pas quelques perfusions de solution glucosée qui vont y changer quelque chose. On sait bien qu'il suffirait de très peu de moyens, certainement beaucoup moins que le prix d'une campagne électorale, pour mettre en œuvre les moyens de stopper net le choléra. Et beaucoup moins que ces milliards qui vont et viennent d'un paradis fiscal à l'autre, d'une société écran à l'autre, d'un truand fréquentant les hôtels 5 étoiles luxe à l'autre.

Mais les Haïtien sont-ils solvables?

 

A Dublin, il paraît que les Irlandais feraient leur crise de dignité. Ils ne veulent pas de la charité de l'Europe. Ah? Mais que faisait l'Europe en Irlande depuis des années, sinon y déverser les subventions?

Où on revient aux marchands de canons: plutôt dans ma poche que dans celle des autres.

 

 

Faites de beaux rêves.

Partager cet article

Repost 0
Published by Régis Hulot - dans Brut de décoffrage
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Régis Hulot
  • : Quelques réflexions sur le monde d'aujourd'hui, avec un brin d'humour quand c'est possible.
  • Contact

Imaginons qu'on réfléchisse...

"Lorsque les pères s'habituent à laisser faire les enfants, lorsque les fils ne tiennent plus compte de leurs paroles, lorsque les maîtres tremblent devant leurs élèves et préfèrent les flatter, lorsque finalement les jeunes méprisent les lois parce qu'ils ne reconnaissent plus, au-dessus d'eux  l'autorité de personne alors c'est là en toute jeunesse et en toute beauté, le début de la tyrannie."
Platon.

Recherche

Archives