Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 mai 2010 1 10 /05 /mai /2010 20:58

C'est un petit livre, 150 pages à tout casser, en format poche, aux gros caractères. Ça n'a l'air de rien, ça passerait inaperçu. "Les choses", un titre un peu énigmatique. De quoi va donc nous parler Georges Perec, de quelles choses est-il question.


Et c'est l'illumination. Un style, une écriture jamais rencontrée, une richesse, une diversité folle dans un vocabulaire toujours juste, toujours précis, toujours modeste pourtant. Une incroyable retenue dans les phrases, comme un désir de ne pas trop apparaître, de ne rien montrer de soi, de laisser toute la place aux choses, aux objets qui vont être toute la vie de ces deux personnages qui courent après une illusion de bonheur, ce bonheur qui est offert à ceux qui peuvent posséder, à travers les choses, un monde offert mais qui finira par se refuser à eux.

 

 

 

Il y avait longtemps que je n'avais pas pris autant de plaisir à lire, à entrer dans ce qu'on peut appeler la "littérature", même si cela peut paraître un rien prétentieux. Et j'ai eu envie, avant de me replonger dans d'autres lectures, de partager avec vous un peu de ce plaisir.

 

 

 

Les choses. Georges Perec. René Julliard, 1965. Collection pocket N°2224.

Partager cet article

Repost 0
Published by Régis Hulot - dans A lire ou à pâlir
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Régis Hulot
  • : Quelques réflexions sur le monde d'aujourd'hui, avec un brin d'humour quand c'est possible.
  • Contact

Imaginons qu'on réfléchisse...

"Lorsque les pères s'habituent à laisser faire les enfants, lorsque les fils ne tiennent plus compte de leurs paroles, lorsque les maîtres tremblent devant leurs élèves et préfèrent les flatter, lorsque finalement les jeunes méprisent les lois parce qu'ils ne reconnaissent plus, au-dessus d'eux  l'autorité de personne alors c'est là en toute jeunesse et en toute beauté, le début de la tyrannie."
Platon.

Recherche

Archives