Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 octobre 2009 4 08 /10 /octobre /2009 18:53
Pas facile de suivre l'actualité "en temps réel", surtout quand cette actualité est des plus mouvantes. Et de la suivre sur deux fronts, avec si peu de "divisions", comme l'aurait dit Joseph.
Alors, à toute vitesses, la suite, telle quelle, de ce que j'écrivais à propos de cet accident survenu à Cannes...





Pas si simple de dire la vérité en utilisant les mots qui conviennent...

Voilà ce qu'écrit le site Unité SGP Police Force Ouvrière:

Deux policiers ont été tués et un autre gravement blessé dans l'accident de leur voiture aujourd'hui vers 02H20 à Cannes (Alpes-Maritimes). L’Union SGP Unité Police présente ses plus sincères condoléances à la famille et amis de nos deux collègues et souhaite un prompt rétablissement au blessé. Henri Martini déclare : « La police paye, une nouvelle fois, un lourd tribut à la sécurité de nos concitoyens ».

Deux policiers "ont été tués"... par quelqu'un? D'autant plus que cette organisation ajoute "la police paye, une nouvelle fois, un lourd tribut à la sécurité de nos concitoyens", bien en phase avec le ministre de l'intérieur qui ne voit là "ni faute ni défaillance". Une vitesse peut-être excessive, pas une faute? La perte de contrôle de son véhicule, pas une défaillance? Tout un chacun s'en félicitera.

Revenons au "ont été tués".

Pourquoi ne pas dire, plus vrai, plus précis, de la façon suivante: "se sont tués"...

Serait-ce moins "vendeur"?








J'ai lu, toujours à propos de ce malheureux accident où deux passagers d'une voiture (dont le conducteur) ont trouvé la mort (le troisième n'est que plus légèrement blessé), que le minsistre de l'intérieur s'était déplacé. Il faut dire qu'il s'agissait de policiers et que, contrairement aux autres fonctionnaires (de l'éducation nationale, ou de ceux qui survivent à France-Telecom), ils reçoivent post humus l'hommage de la nation et que leurs familles sont assurées de sa sollicitude...

J'ai lu, comme tout un chacun, que le ministre avait déclaré, alors que l'enquête n'avait pas encore été diligentée, qu'il n'y avait, dans cette affaire "ni faute, ni défaillance". Du côté des syndicats de police, on en est à demander une expertise du véhicule, et par un expert indépendant de l'administration. Les syndicats de policiers n'auraient donc pas totalement confiance dans leurs collègues?

Le ministre a encore déclaré - mais pourquoi donc souligner ce fait - que les occupants du véhicule accidenté portaient leur ceinture de sécurité. Tout le monde sait, parce que tout le monde constate, que les policiers répugnent au port de la ceinture de sécurité, et que la loi elle-même les en dispense. Pourquoi donc parler de cette ceinture, dont on pourrait dire, de ce fait, qu'elle ne protège pas autant qu'elle le devrait...

Le ministre sait beaucoup de choses, et ne se prive d' en parler.

Puisque le ministre sait, pourquoi donc enquêter?

 


 

Faites de beaux rêves.

Partager cet article

Repost 0
Published by Régis Hulot - dans Brut de décoffrage
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Régis Hulot
  • : Quelques réflexions sur le monde d'aujourd'hui, avec un brin d'humour quand c'est possible.
  • Contact

Imaginons qu'on réfléchisse...

"Lorsque les pères s'habituent à laisser faire les enfants, lorsque les fils ne tiennent plus compte de leurs paroles, lorsque les maîtres tremblent devant leurs élèves et préfèrent les flatter, lorsque finalement les jeunes méprisent les lois parce qu'ils ne reconnaissent plus, au-dessus d'eux  l'autorité de personne alors c'est là en toute jeunesse et en toute beauté, le début de la tyrannie."
Platon.

Recherche

Archives