Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 décembre 2011 6 03 /12 /décembre /2011 09:00

C'est en 1974 que la majorité des Français va découvrir un mot, une idée, un mouvement : l'écologie. Et cela par la grâce d'un homme de 70 ans connu des seuls milieux universitaires ou presque, René Dumont, un agronome auteur d'un petit livre publié douze ans auparavant intitulé L'Afrique noire est mal partie. René Dumont sera en effet le premier candidat écologiste à la présidence de la République.

Or, l'un de ceux qui avaient créé l'écologie politique à la fin des années (19)60 - rappelons le 18 mars 1967 le naufrage du Torrey Canyon -, était mort le 15 février 1973.

 

Pierre Fournier est né le 12 mai 1937. Doué pour le dessin, il réussit le concours de professeur de dessin de la ville de Paris à 22 ans, mais il n'exercera ce métier que quelques semaines, car sa vraie vie est ailleurs, même si, pour vivre, il travaille à la Caisse des Dépôts et Consignations.

Dès 1962, il place quelques premiers dessins dans Hara-Kiri, au New Yorker, et même dans Minute (comme Reiser à ses débuts, ce qui ne lasse pas d'étonner). Il fait assez rapidement sa place, malgré tout, chez Hara-Kiri, tout en restant un peu en dehors du style et de la ligne éditoriale du journal. Parallèlement, il est de tous les combats de l'écologie naissante, dont il est pratiquement l'inventeur, en particulier contre les projets de construction de centrales nucléaires dans sa région de prédilection (manifestations de 1971 - 15.000 personnes le 10 juillet - contre la centrale de Bugey, dans l'Ain).

 

Prenant en quelque sorte ses distances avec ses camarades de rédaction, il fait de plus en plus entrer dans les colonnes du journal bête et méchant ses préoccupations qui naissent de son amour de la nature, de sa fondamentale nostalgie de la vie à la campagne, de son désir révolutionnaire et novateur. Et ce qui va provoquer la création d'un autre journal, avec le soutien du Professeur Choron, qui sera La gueule ouverte (le premier numéro, en novembre 1972, contient son "premier et dernier éditorial"). Fournier va trouver là le moyen de donner toute sa mesure : critique forcenée de l'option nucléaire française qui, selon lui, ne peut qu'engendrer une société centralisée de violence et de contrôle renforcé des citoyens, et pédagogie enthousiaste du savoir-vivre écologiste en transmettant le savoir sous toutes ses formes (construire son chauffe-eau solaire, faire son compost végétal, voire monter son micro-émetteur pour fanatiques de radios libres).

 

Quarante ans après sa mort, les propos et les objectifs de Fournier restent étonnamment d'actualité : société centralisée, surveillance renforcée, dépendance à l'énergie et destruction du milieu naturel. Si, il y a cinquante ans, l'Afrique noire semblait mal partie, il semble bien aujourd'hui que l'Europe, et plus k

largement le monde, soit aussi bien mal partie, et près d'arriver au pire.

 

Bonne lecture à tous.

 

 

Fournier, précurseur de l'écologie, par Patrick Gominet et Danielle Fournier, Dessins et chroniques de Pierre fournier parus dans Hara-Kiri, Charlie Hebdoet La Gueule ouverte. Les cahier dessinés/documents. Collection dirigée par Frédéric Pajak. Paris 2011.

Partager cet article

Repost 0
Published by Régis Hulot - dans A lire ou à pâlir
commenter cet article

commentaires

lambertine 06/12/2011 12:17


Je ne connaissais pas Fournier. J'ai pensé immédiatement à René Dumont en lisant votre titre. René Dumont dont les "prédictions" me donnaient des cauchemars, adolescente... Que pense-t-il de
notre monde, René Dumont, s'il vit encore ?

Régis Hulot 06/12/2011 16:25



Il faut bien l'avouer, j'avais, de mon côté, totalement oublié Pierre Fournier, et c'est (une fois de plus) au Canard enchainé que je dois d'avoir acheté et lu ce livre.


En revanche, j'ai gardé le doux (!) souvenir de "La Gueule ouverte", ce journal aussi décapant qu'instructif, qui m'a servi de sésame pour entrer dans l'écologie. Je doute qu'il m'en reste
quelques numéros dans un carton, ce qui me fait regretter encore plus d'avoir conservé des exemplaires du "Sauvage", concurrent beaucoup plus sage, plus institutionnel comme on dirait
aujourd'hui, qui n'avait pas la verdeur et la puissance de Fournier. Je n'ai jamais eu le sens des valeurs, des placements et des "collector"...


Voilà donc un livre que vous pouvez lire sans crainte, d'autant plus que cet homme maniait la plume avec une adresse remarquable, ce qui n'est jamais désagréable.


Bonne journée, et faites de beaux rêves.


 


PS J'apprends que vous avez un gouvernement. Faut-il regretter le temps où il n'y en avait pas et où la Belgique sembalit ne pas trop en souffrir.


"De tous les peuples de la Gaule, les Belges sont les plus courageux" disait César (Jules).


 



Présentation

  • : Le blog de Régis Hulot
  • : Quelques réflexions sur le monde d'aujourd'hui, avec un brin d'humour quand c'est possible.
  • Contact

Imaginons qu'on réfléchisse...

"Lorsque les pères s'habituent à laisser faire les enfants, lorsque les fils ne tiennent plus compte de leurs paroles, lorsque les maîtres tremblent devant leurs élèves et préfèrent les flatter, lorsque finalement les jeunes méprisent les lois parce qu'ils ne reconnaissent plus, au-dessus d'eux  l'autorité de personne alors c'est là en toute jeunesse et en toute beauté, le début de la tyrannie."
Platon.

Recherche

Archives