Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 septembre 2012 2 25 /09 /septembre /2012 20:34

Au fil du temps, la "grande distribution" nous a accoutumés à de multiples gaspillages qui sont la marque des individus ou des sociétés qui se croient riches et qui ont, de ce fait, perdu le sens des valeurs les plus ordinaires. C'est ainsi que sont jetés (pour éviter de faire "économe"?) des produits arrivés à quelques jours seulement de leur date de péremption, ou que disparaissent dans les poubelles des objets en bon état mais dont l'emballage est abimé, car "les gens n’achèteront pas une chose dont l'apparence n'est pas parfaire".

Malgré tout, certains produits jetables par essence ont disparu des hypermarchés, comme des plus petits établissements, tant ils représentaient le symbole même du gaspillage. Quelques fractions de seconde pour les fabriquer, une vingtaine de minutes d'usage, et plusieurs décennies pour que la nature les recycle(?), les sacs de caisse n'ont pas survécu à la conjonction de deux désirs.

 

Le premier, fort louable, a été exprimé par les tenants de l'économie, voire de l'écologie économe, qui ont vu, et on ne peut le leur reprocher, tous les inconvénients de ces chiffons de matière plastique qui, après avoir décoré les branches des arbres jouxtant, sur des kilomètres, les décharges qui font la beauté de certains paysages, finissent leur vie entre deux eaux dans les océans et finissent dans les estomacs de nombreux animaux, les tuant comme autant de harpons silencieux.

Le second est plus pervers. Au prétexte de montrer leur amour pour une économie "durable", les hypermarchés ont vendu, pour une somme modique (mais TVA comprise), des sacs solides et réutilisables, échangeables en cas de détérioration, voire remboursables (Hors taxes, évidemment). Ils ont donc réinventé la consignes qu'on connue nos parents ou grands-parents.

Heureuse initiative, dont chacun sait qu'elle représente un véritable trésor pour celui qui met en place un tel système, car il n'empêche pas de vendre régulièrement ces sacs "faits pour durer", sans avoir pour autant à en rembourser ou à en échanger un grand nombre. Et s'il fallait une preuve de l'intérêt que représente ce système, on la trouverait dans le fait que la totalité des enseignes a adopté cette pratique. Être copié, c'est avoir eu raison juste avant les autres.

 

Les sacs de caisse ont donc disparu, au grand dam de leurs fabricants.

Disparu ? Certainement pas. Car le génie des commerçants est sans limites.

Et c'est ainsi qu'on a vu apparaître, sur les marchés traditionnels comme dans les hyper- et autres supermarchés, des sacs en plastique, souvent de couleur verte (pour "faire écolo", c'est l'évidence) ou encore translucides, qui servent à emballer fruits et légumes vendus au poids ou à l'unité.

 

La seule question qui se pose à mes yeux est la suivante : fabrique-t-on aujourd’hui plus ou moins de "sacs à fruits et légumes" qu'on ne fabriquait jadis de "sacs de caisse". La réponse devrait nous permettre de savoir qui a gagné cette bataille.

 

Faites de beaux rêves.

Partager cet article

Repost 0
Published by Régis Hulot - dans Brut de décoffrage
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Régis Hulot
  • : Quelques réflexions sur le monde d'aujourd'hui, avec un brin d'humour quand c'est possible.
  • Contact

Imaginons qu'on réfléchisse...

"Lorsque les pères s'habituent à laisser faire les enfants, lorsque les fils ne tiennent plus compte de leurs paroles, lorsque les maîtres tremblent devant leurs élèves et préfèrent les flatter, lorsque finalement les jeunes méprisent les lois parce qu'ils ne reconnaissent plus, au-dessus d'eux  l'autorité de personne alors c'est là en toute jeunesse et en toute beauté, le début de la tyrannie."
Platon.

Recherche

Archives