Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 septembre 2008 1 01 /09 /septembre /2008 22:35
Ce ne sera pas la première fois que la Géorgie, quand elle a une existence politique, perdra une partie de sa subtance. D'ailleurs, cette république d'aujourd'hui n'a pas grand chose à voir avec ce qu'était le royaume de Géorgie pris en tenaille entre les ambitions de Bysance, des Iraniens, des Turcs, ou encore des Russes au cours des siècles. De plus, l'enchevêtrement pour nous quasi incompréhensible des ethnies, des cultures, des religions rend illusoire toute explication vraiment rationnelle de la situation d'aujourd'hui à travers l'analyse des causes historiques. J'ai déjà tenté d'apporter un tout petit peu de lumière sur ce sujet il y a quelques jours.

Et voici que l'Union européenne se cherche une position commune face à "l'ours russe" dont on nous dit qu'une nouvelle Guerre froide ne lui ferait pas peur. Rien à craindre pourtant, puisque nous dépendons au plus haut point du gaz sibérien pour affronter le prochain hiver et pour faire tourner les alternateurs de nos centrales électriques, tandis que la nouvelle clique qui gouverne à Moscou n'a aucune envie de voir ses fournisseurs et ses terrains d'investissement subir des difficultés économiques.

Une fois de plus, la politique internationale de la
France (et de l'Europe) est soumise à des impératifs économico-financiers.
Serait-ce la cas si, depuis trente ans que l'énergie nucléaire nous est présentée comme la clef de notre indépendance énergétique, nous avions eu dans ce pays une véritable volonté de développer d'une part les énergies locales et renouvelables et d'autre part les comportements et processus de production économes?

Nous aurions alors une liberté de parole et d'action plus convaincante que les gesticulations de notre nanoprésident dont le miraculeux "plan de paix" semble avoir fait long feu. Mais, au moins, il aura, comme l'autre Vesoul, vu Tbilissi.

RH
Repost 0
Published by Régis Hulot - dans Brut de décoffrage
commenter cet article
31 août 2008 7 31 /08 /août /2008 14:19
Le moins qu'on puisse dire, c'est que je suis fidèle. J'ai en effet ouvert mon compte aux "chèques postaux" au début des années 70. Mais cela a un inconvénient, celui de m'avoir fait connaître d'autres us et coutumes que ceux d'aujourd'hui.
Voilà que je reçois, avec mon dernier relevé, une note en couleurs qui vient m'expliquer que je peux désormais disposer d'un relevé mensuel gratuit. Au fond, j'ai toutes les raisons de me réjouir, car cela laisse entendre que jusqu'ici je payais. La gratuité, même totalement illusoire, peut avoir certaines séductions.

Mais je me souviens d'un temps où les Chèques postaux m'envoyaient, gratuitement, un relevé par opération, et où je payais en tout et pour tout CINQ FRANCS par an pour "frais de tenue de compte". De plus, les formules de chèque étaient également des formules de virement qui permettaient de transférer des fonds d'un compte à l'autre (et toujours gratuitement, grâce à la franchise postale) au sein de cet organisme qui était également une des facettes de l'administration des PTT (postes, télégraphe, téléphone). Aujourd'hui, le même service (relevé quotidien et "frais de tenue de compte"), comme on dit dorénavant, est facturé 11,25 euro par trimestre, soit 59 fois plus cher que jadis, ce qui représente une belle innovation devant laquelle on ne peut que s'incliner.

Vais-je passer à la gratuité? Vais-je continuer à payer un peu plus cher (2,25 euro par trimestre, soit 9 euro par an) pour jouir de mes relevés décadaires? Mon coeur balance, et je ne sais que faire...

A moins que je ne me laisse une fois de plus séduire par la modernité offerte par La Banque Postale: garder un contact direct et permanent avec mon compte, comme on me le propose, par le truchement d'un clavier d'ordinateur ou de téléphone...

Le contact direct et permanent, cela fait vraiment rêver.

RH
Repost 0
Published by Régis Hulot - dans Brut de décoffrage
commenter cet article
25 août 2008 1 25 /08 /août /2008 19:24
Je vais être trop long, mais je compte sur votre patience pour aller au bout de la lecture de ce qui suit.
Voici donc ce que j'ai été contraint d'écrire au président d'une association dont l'objet social est (et est seulement) de populariser la musique par l'organisation de cours et d'activités collectives diverses.


à Monsieur le Président du conseil d'administration de l'XXXX



Monsieur le Président,



Destinataire, comme tout électeur, de la propagande électorale des candidats aux élections cantonales de mars, j'ai également reçu le " quatre pages couleurs " de M. X... qui se présente dans le 2ème canton de X... sous les couleurs de l'Union pour une Majorité Populaire.


J'avoue avoir été quelque peu surpris de voir, en page 2, la photo du candidat et de sa suppléante accompagnés du directeur de l'école et de la trésorière de notre association. Évidemment, chacun a droit à l'expression de ses choix et de ses préférences, et tout engagement dans la vie sociale ou politique est respectable ; mais au fond ce n'est pas cet engagement qui me gène, pour ne pas dire me choque.


Quand on regarde bien cette photographie, on ne peut que constater qu'elle a été prise, sauf grossière erreur de ma part, dans les locaux de l'école puisqu'on y aperçoit pupitre, cymblale, fûts de batterie.

Mais qui a donc pu prendre une initiative aussi incongrue, voire inacceptable ?

Le candidat ? Dans ce cas, on peut dire qu'il est au moins mal informé de ce qui se fait et ne se fait pas dans un établissement d'enseignement associatif ouvert à tous.

Le directeur ? Si c'est lui, il est urgent de lui rappeler que l'[association] n'est pas " l'école de piano de M. N... " comme je l'avais entendu dire, et qu'il est, dans les locaux concernés, sur son lieu de travail où la retenue, la discrétion et la neutralité idéologique sont de rigueur.

La trésorière ? Que ne lui a-t-on dit que notre association est apolitique et non confessionnelle, et que nul n'a le droit d'en faire, sous quelque forme que ce soit, un instrument de propagande électorale.


Je souhaite donc, par respect pour les enfants (et les adultes, accessoirement électeurs) que nous accueillons et à qui nous devons la plus grande neutralité dans le domaine politique comme dans de nombreux autres, que le conseil d'administration rappelle solennellement aux personnes concernées qu'elles ont franchi une limite en-deçà de laquelle elles auraient dû savoir rester. Je pense que ce rappel à l'ordre doit être public, dans la mesure où les parents (qu'ils s'en félicitent et que cela les choque) doivent savoir que l'école de musique n'a pas vocation à être un lieu de propagande électorale. Je crois également qu'une démarche écrite doit être faite par le président du conseil d'administration vis à vis du candidat de l'UMP pour lui rappeler les contraintes qui sont les siennes dans le domaine de la neutralité politique.


Dans l'attente de la suite donnée à cette démarche, je vous prie de croire, Monsieur le Président, à l'expression de toute ma considération.

 


A cette lettre, pas de réponse... Aussi ai-je écrit à chacun des membres du conseil d'administration à qui j'ai envoyé une copie de ce qui précède.





à Mesdames et Messieurs les membres du conseil d'administration de l'EMTA


Madame, Monsieur,



Sans réponse - hors verbale et délibérément dilatoire - à mon courrier de février dernier, dont vous trouverez ci-joint une copie, je me permets de m'adresser directement à vous afin que le problème posé soit inscrit à l'ordre du jour de la prochaine réunion du CA. Ce qui n'est pas un incident à mes yeux vaut peut-être quelques minutes de discussion, dont le fruit pourrait être avantageusement porté à la connaissance des membres de l'association.


Je vous remercie par avance de la bonne fin qui sera donnée à ma demande,


et vous prie de croire, Madame, Monsieur, à l'expression de toute ma considération.

 

 

Et à ce courrier, pas de réponse non plus...



Dans un ou deux mois, l'assemblée générale se réunit. Depuis deux ans, cette réunion qui pourrait être un moyen de discuter de l'activité de l'association n'est qu'une cérémonie sans intérêt à laquelle se rendent moins de 5% des adhérents. Je me demande si je ne vais aller y glisser mon grain de sable. Je vous raconterai, évidemment.








Repost 0
Published by Régis Hulot - dans Brut de décoffrage
commenter cet article
25 août 2008 1 25 /08 /août /2008 11:38
La modernité allant son chemin, elle nous offre de doux moments d'extase. Ainsi, dans le catalogue que le magasin "Malin plaisir" (adhérent du groupement "Centrakor, des affaires en or") fait distribuer gratuitement dans ma boite à lettres, j'ai trouvé l'objet par définition inutile et malfaisant qui me manquait: la poubelle à ouverture et fermeture automatique par capteur optique. Un ingénieux système, alimenté par une de ces piles-bouton qui polluent pour des millénaires notre terre, permet de déposer un détritus dans la poubelle sans avoir à en soulever le couvercle, soit en appuyant du pied sur une pédale, soit en utilisant son autre main pour le faire. Et cela ne coûte que €39,99 et est considéré comme "le top de la rentrée".

Je comprends désormais mieux pourquoi les Français ont le moral dans les chaussettes, et pourquoi la moisson de médailles rapportées, toute honte bue, de Pékin (je suis trop vieux pour changer ma prononciation) n'arrive pas à améliorer les choses.

Régis Hulot.
Repost 0
Published by Régis Hulot - dans Brut de décoffrage
commenter cet article
16 août 2008 6 16 /08 /août /2008 21:41

Il n'est pas inutile de s'intéresser, alors que pleuvent les commentaires d'esprits éclairés sur le conflit qui oppose Géorgie et Fédération de Russie, à la réalité de l'Ossétie, divisée en deux parties tant au temps des tsars (héritage d'une histoire longue et complexe) que sous le régime soviétique qui avait un don particulier pour mêler au sein d'une même structure (république, région autonome, etc.) de fortes minorités qui avaient, depuis des temps immémoriaux, des comptes à régler. Diviser pour mieux régner...


L'Ossétie du sud, c'est (mes sources sont Wikipédia) moins de 4.000 km2 et environ 100.000 habitants, celle du nord c'est 8.000 km2 pour moins de 700.000 habitants. A titre ce comparaison, je rappelle que le département du Lot, l'un des moins peuplés de France, c'est 5.200 km2 et 170.000 habitants environ. Quand on parle donc d'un seul millier (?) de morts dans un conflit qui dure quelques jours, cela, rapporté à la population française (60 millions d'habitants), représente 600.000 morts. Six-cent mille morts. Une catastrophe inimaginable, même dans un pays qui a connu Verdun.


Tout le monde le sait, ce conflit, qui fait suite à tous ceux qu'a connus cette région tout au long de son histoire, n'a pas eu lieu pour régler par les armes le problème de la dissidence ossète du sud, les forces en présence étant dans une disproportion incalculable. Imaginons le Luxembourg cherchant à régler par les armes un conflit de frontière avec la France. Il s'agissait, pour le gouvernement géorgien de « faire bouger les lignes », de provoquer une résolution du conflit avec les russes en emmenant dans ses fourgons les USA qui se sont énormément impliqués à Tbilissi (tout comme à Kiev en Ukraine) dans le cadre de leur guerre au terrorisme et de leur intervention généralisée au Moyen-Orient. Nous verrons bien ce qu'il en adviendra.


Je voudrais revenir à l'ouvrage de Michel Collon que j'avais évoqué sur le blog de Pumpernickel (en lien sur cette page). Il y était question de feu la Yougoslavie, et des rôles joués par l'Union européenne, l'Allemagne ou les USA dans la destruction de cet Etat issu du démembrement de l'Empire austro-hongrois. Il y parlait des « prochaines guerres » à attendre en Europe continentale (mais le parallèle est facile à faire en Afrique post-coloniale où les conflits ethniques sont légion) sur fond de revendications ethnico-territoriales (et on pense aussi à l'Abkhazie ou à la Moldavie). Il semble bien qu'il avait au moins en partie raison, hélas.

Repost 0
Published by Régis Hulot - dans Brut de décoffrage
commenter cet article
16 août 2008 6 16 /08 /août /2008 12:02
Avant de prendre quelques jours de repos après quatre mois de dur labeur en milieu humide et chaud, je veux absolument vous faire part de mon bonheur à l'annonce d'une bonne nouvelle et d'un heureux constat.
L'heureux constat, c'est que, malgré des chiffres économiques catastrophiques, notre ministre de l'économie, des finances, et d'autres concepts découverts à marée basse, croit (croît?) en la croissance prochaine du PIB/PNB (au choix). L'autre jour à la TSF, elle a expliqué que quand les choses vont mal, elles ne peuvent aller mal vraiment que si elles vont mal longtemps. Si cela va mal aujourd'hui, il est certain que tout ira mieux demain grâce aux judicieuses mesures prises par elle et le gouvernement auquel elle appartient. En un mot, il ne faut pas perdre espoir ni ajouter foi aux propos des oiseaux de mauvaise augure. Nous voilà rassurés.
La bonne nouvelle, c'est la baisse du prix des carburants à la pompe. Le prix du baril de pétrole baisse sur le marché international (me suis-je trompé en prédisant un baril à 200 USD à Noël?), et cela va permettre de relancer la consommation de ce produit dont les ressources sont finies et dont la pénurie depuis longtemps envisagée est désormais programmée. Nous allons donc pouvoir nous en donner de nouveau à coeur joie en avalant les kilomètres presque sans bourse délier. C'est une excellente nouvelle assurément, puisque cela nous rapproche plus rapidement encore du jour où le pétrole, faute de reconversion de nos modes de vie, sera l'objet de luttes (de guerres) de plus en plus âpres qui précipiteront le genre humain dans la violence et la misère.

Je me sens tout revigoré. Je vais pouvoir reprendre mon vélo et aller faire un tour pour profiter du beau temps relatif de cette mi-août.

A bientôt.

RH
Repost 0
Published by Régis Hulot - dans Brut de décoffrage
commenter cet article
13 août 2008 3 13 /08 /août /2008 21:27

JO

J'aime bien madame Longo. Elle mange des carottes bio et les oeufs de ses poules (quand elles n'ont pas été mangées par le renard qui se promène la nuit). A près de 50 ans, elle continue à faire ce qu'elle aime, du vélo, à faire des efforts pour le plaisir de montrer aux autres comme à elle-même que la vie vaut le coup pour peu qu'on lui donne un sens. Rien à prouver, rien à imposer, tout simplement vivre.

Je plains la pauvre Manaudou, poule aux oeufs d'or, vache à lait d'un système où l'argent fait le bonheur des souteneurs qui exigent d'elle des résultats, faute de quoi ces individus sans morale trouveront bien vite une remplaçante pour remplir leur tiroir-caisse.

J'aime bien la lutte gréco-romaine: sport amateur où un sembalnt de propreté semble encore exister, et j'aime bien l'idée que ce champion olympique - dont je tais le nom à dessein - va rentrer à Paris et reprendre comme si de rien n'était son boulot à la RATP. Fasse le ciel qu'il ne succombe pas aux sirènes des sponsors et des aigrefins de tous poils.

Bonsoir.
Repost 0
Published by Régis Hulot - dans Brut de décoffrage
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Régis Hulot
  • : Quelques réflexions sur le monde d'aujourd'hui, avec un brin d'humour quand c'est possible.
  • Contact

Imaginons qu'on réfléchisse...

"Lorsque les pères s'habituent à laisser faire les enfants, lorsque les fils ne tiennent plus compte de leurs paroles, lorsque les maîtres tremblent devant leurs élèves et préfèrent les flatter, lorsque finalement les jeunes méprisent les lois parce qu'ils ne reconnaissent plus, au-dessus d'eux  l'autorité de personne alors c'est là en toute jeunesse et en toute beauté, le début de la tyrannie."
Platon.

Recherche

Archives