Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
31 octobre 2010 7 31 /10 /octobre /2010 12:27

 

Rien publié depuis tellement longtemps...

 

Il faut dire que je me suis trouvé des occupations supplémentaires, au cas où l'ennui me menacerait. Me voici propulsé président, pardon, Président d'une association de parents d'élèves. Et vu le contexte, comme on dit, cela occupe quelques soirées ou quelques journées chaque mois.

 

Il y a aussi cette association dont je vous ai parlé (le lien est là) et qui a bien du mal à démarrer, du fait de la paresse de s(on)es animateurs (devinez qui c'est), certainement, mais aussi du fait qu'il devient de plus en plus difficile d'amener nos contemporains à l'engagement. Signer un papier, payer une cotisation, il semble que cela au delà des forces humaines. Mais il faut dire aussi que depuis tant d'années on nous a seriné que chacun devrait pouvoir s'en sortir tout seul, que la solidarité est une illusion, et que seul le "chacun pour soi" est efficace. Alors, s'associer pour autre chose que gagner plus de sous, et surtout plus que l'autre associé...

 

Et il faut avouer que je me suis un peu laissé aller...

 

Mais dès très bientôt, je vous parle de mes cours de code de la route.

 

Faites de beaux rêves.

Repost 0
Published by Régis Hulot - dans Brut de décoffrage
commenter cet article
27 septembre 2010 1 27 /09 /septembre /2010 21:41

C'est donc fait. En votant comme un seul homme (à l'exception de Les Verts) en faveur de l'accord à mes yeux contre nature passé entre l'UMP (donc Xavier Bertrand), Jacques Chirac (donc un grand honnête homme), Bertrand Delanoë (donc les instances dirigeantes du PS) sous l'autorité et avec la bénédiction d'un président de la république qui n'en finit plus de battre des records d'impopularité tout en couvrant de honte l'ensemble de ceux qu'il est censé représenter, la "classe politique", "l'établissement" comme le serine depuis tant d'années un Jean-Marie Le Pen, montre jusqu'où elle peut descendre pour régler, à sa façon, et dans la discrétion des salons des restaurants chics, les différends qui doivent être connus de la Justice, rendue, on le rappelle, au nom du peuple français.

 

Alors qu'on assiste à la tentative d'élimination, par tous les moyens, des rares contre-pouvoirs qui existent dans ce pays, il a fallu que ce soit ceux qui disent aspirer au pouvoir (à gauche) qui s'allient à ceux qui n'ont comme objectif que le garder (à droite) pour insulter ceux qui attendaient que, une fois son immunité tombée, l'ancien président de la république rende enfin des comptes sur des affaires où la cupidité l'a disputé à l'arrivisme.

 

Cet accord n'a qu'un sens, il nous signifie brutalement qu'il y a un justice pour les faibles, celle qui doit envoyer des gosses en prison, et une justice pour les forts qui échappent, à tous les coups, aux conséquences de leurs malversations.

 

Implacable avec les faibles, et respectueux des puissants. La nouvelle devise de leur république?

 

 

Faites (quand même) de beaux rêves.

Repost 0
Published by Régis Hulot - dans Brut de décoffrage
commenter cet article
27 septembre 2010 1 27 /09 /septembre /2010 07:14

"Un deuxième cas autochtone de chikungunya en France métropolitaine a été détecté sur une fillette dans le Var" ces jours-ci, nous apprend Le Monde.fr. Et on sait qu'il existe, dans le midi de la France, un (au moins) cas de dengue, maladie tropicale sur laquelle on peut en apprendre plus ici...

 

Dans l'océan arctique, la fonte anticipée de la banquise, et son rétrécissement, mettent à mal la population des ours polaires, dernier maillon de la chaîne alimentaire, tout aussi nécessaire que les premiers...

 

Chaque été, désormais, ce sont des dizaines de départements français qui sont concernés par des "alertes-sécheresse", avec les restrictions qu'on connaît sur l'usage d'un liquide qui nous est aussi précieux qu'il nous parait encore surabondant...

 

 

 

Mais c'est pour des raisons budgétaires (déséquilibre entre recettes et dépenses) que va être réduit le bonus offert aux acquéreurs de voitures peu polluantes. Comme cela avait déjà été pratiqué à plusieurs reprises, on a soutenu et encouragé la vente de (petites) voitures (souvent "françaises"), prétextant la défense et la préservation de l'environnement.

 

Car, chacun le sait, beaucoup de petites voitures peu polluantes polluent moins, encombrent moins, provoquent moins de dégâts divers que peu de grosses voitures polluantes... et permettent surtout aux industriels de l'automobile de revenir à une activité générant des profits, le plus souvent destinés aux actionnaires.

 

 

Faites de beaux rêves.

 


 

,

Repost 0
Published by Régis Hulot - dans Brut de décoffrage
commenter cet article
24 septembre 2010 5 24 /09 /septembre /2010 10:26

 

En me rendant sur le site de Là-bas-si-j'y-suis, l'émission de Daniel Mermet que mes lecteurs ne peuvent pas ne pas connaître, j'ai trouvé une intéressante contribution que je me permets de retranscrire (après en avoir éliminé les fautes de frappe et les tournures maladroites pour les remplacer par les miennes...). Je crois qu'elle est de nature à éclairer chacune et chacun, si jamais c'était nécessaire, sur une situation dont la description est souvent tendancieuse ou incomplète, à tel point qu'il y a des moments où je me sens rajeunir – un peu comme si je me retrouvais au bon vieux temps de ce projet de TCE qu'il fallait à toutes forces nous faire approuver, pour mieux en fouler aux pieds les principes intangibles quelques mois plus tard (équilibre budgétaire retrouvé en 2012, maitrise de la dette publique, et autres sornettes).

 

Voici donc ce texte.

 

Quelques chiffres...

 

1) Le déficit du régime des retraites, qui était de 2 milliards d'euros en 2006, est passé à 32 milliards d'euros en 2010. Il risque, si tout reste en l’état (juste avant la mise en œuvre de la réforme Woerth), de passer à plus de 100 milliards en 2040/2050.

 

2) Le déficit national (État, hors collectivités locales et comptes sociaux) est d'environ 100 milliards d’euros en 2009

 

3 ) Selon le Conseil d’orientation des retraites (COR), dans les 40 ans à venir, nous devrions doubler le Produit Intérieur Brut de la France et passer de 1900 milliards d’euros à 3800 milliards d’euros). Encore faut-il se place dans une perspective productiviste et développementiste selon laquelle la terre est une corne d'abondance et l'ensemble des problèmes posés aujourd'hui seront résolus dans un avenir accessible (NdR)

 

OUI, MAIS...

 

4) Selon l’INSEE, depuis 1983 (en moins de trente ans, donc), la part des richesses créées attribuée aux salaires (auparavant 70%), a diminué d’environ 10 points, en faveur des dividendes (sur lesquels il n’y a pas de cotisation sociale).

Ce sont donc tous les ans environ 200 milliards d'euros qui ne sont plus distribués aux salariés, mais vont directement aux détenteurs du capital (les actionnaires). A noter que sur ces 40% de la richesse créée (surtout par le travail) qui va aux profits, seuls 18% (moins de la moitié) vont à l'investissement, le reste empruntant les canaux obscurs des "produits financiers" inventés par "l'ingénierie tenancière" dont on connaît les "performances".

 

5) Les baisses d'impôts consenties depuis 2000 ont entrainé des manques à gagner pour les comptes de l'État

de 3,4 milliards en 2001,

de 11 milliards en 2002,

de 10 milliards en 2003,

de 12 milliards en 2004,

de 10 milliards en 2005,

de 15 milliards en 2006,

de 22,5 milliards en 2007 (entrée en vigueur du bouclier fiscal),

de 30,2 milliards en 2008.

 

6) Selon le Syndicat unifié des impôts, en 2009, le bouclier fiscal a permis à 585 millions d'euros d'échapper à l'impôt.

 

7) Toujours selon le Syndicat national unifié des impôts, en 10 ans, rien qu'avec la baisse nette de l'impôt sur le revenu, on a perdu (montant cumulé) environ 100 milliards d'euros de recettes, sans compter les fameuses niches fiscales et autres impôts sur les sociétés...

 

8 ) En baissant les impôts, l'État s’est privé d’une ressource monétaire massive, qui était nécessaire à l’équilibre budgétaire. Du coup, le gouvernement a lancé un plan d’emprunt de 35 milliards d’euros, qui devront être remboursés, avec des intérêts... aux mêmes personnes pour qui le gouvernement a baissé les impôts. En somme, ce qu’on ne prélève plus aux riches, on le leur emprunte.

 

9) Entre 2006 et 2010, le Trésor Public (c’est-à-dire nous, les contribuables) a remboursé 30 millions d’euros à Mme Bettencourt, dont les revenus mensuels sont de l’ordre de 34 millions d’euros. Cette dernière est imposée à hauteur de 9%, soit le taux d’un cadre qui gagne autour de 3000 euros par mois.

Par ailleurs, l’impôt est prélevé sur les revenus déclarés : cela ne tient donc pas compte des fonds, parfois colossaux, qui sont cachés, avant le passage du trésor public, dans les paradis fiscaux (qui n'existent plus, comme dirait l'autre, qui nous affirmera bientôt que la terre est plate, placée au centre de l'Univers, et posée sur le dos d'une tortue...) et les "niches fiscales", paradis fiscaux discrets et légaux.

 

10 ) Les 500 premiers foyers fiscaux de France ont gagné 80 milliards d’euros de plus en 2009 qu'en 2008.

 

11 ) Selon les estimations d’ATTAC, les paradis fiscaux entraînent un manque a gagner annuel de 50 milliards d’euros pour le Trésor Public, c'est à dire pour la collectivité nationale.

 

12 ) Les dépenses publiques baissent depuis 14 ans. Le pic était en 1996.

 

13 ) Le taux de cotisation patronale affecté aux retraites n’a pas augmenté depuis 1996.

 

14 ) Il y a eu 1500 "plans sociaux" depuis juin 2009, et 100 000 emplois nets supprimés depuis le premier juin 2009.

 

15 ) Selon Gérard Filoche, inspecteur du travail, 2 salariés sur 3 sont inaptes, malades, licenciés ou au chômage a partir de 55 ans.

 

16 ) En 2009, 500 000 chômeurs ont étés radiés des statistiques de Pôle-emploi.

 

 

 

Évidemment, il ne manquera pas d'esprits forts pour venir contester telle évaluation, tel montant, telle date. Il n'en reste pas moins qu'il est bien facile, et on ne se gène généralement pas, de remettre en cause les faibles revenus du seul travail du plus grand nombre quand on est soi-même riche (depuis sa naissance), intelligent (les brillantes études et les réussites professionnelles le prouvent), en bonne santé (ski l'hiver, été au soleil, et salle de sport bi-hebdomadaire), entouré d'une famille aimante et d'amis fidèles à qui on a le pouvoir d'offrir ces petits cadeaux qui entretiennent l'amitié (les liasses de billets par valises entières – même si ce sont des méthodes de souteneurs).

Si chacun de nous sait bien que les efforts sont nécessaires – puisque, des efforts, il faut en faire tous les jours – ce ne sont pas ces gens-là qui sont légitimes pour nous les demander.

Repost 0
Published by Régis Hulot - dans Brut de décoffrage
commenter cet article
22 septembre 2010 3 22 /09 /septembre /2010 18:07

A croire qu'il y a dans ce pays bien de l'argent à gaspiller, à moins que cela ne soit pour faire plaisir à quelque copain qui n'y tenait plus de réaliser enfin l'Oeuvre d'une Vie qui, dans le cas contraire, aurait pu paraître inutile, mais je dois dire que j'ai de la considération, et bien plus encore, pour ceux qui ont décidé de construire cette coque en verre devant la façade de la gare de Strasbourg.

 

 

Chacun sait la volupté qu'il y a à dépenser l'argent des autres, ces autres à qui on le prend, et qu'on méprise d'avoir accepté de se laisser arracher...

 

Je laisse à chacun de vous le soin d'apprécier jusqu'où peut aller ce que certains veulent appeler le "bon goût français", ce que je qualifie plus volontiers de "vulgarité ordinaire des vandales".

 

 

 

20100906-1

 

Vu de l'extérieur, on pourrait penser à un monument neuf, ou récent, ou encore "contemporain", bref, à une "création" là où il n'y avait rien....

 

 

 

 

20100906-2

 

 

 

Mais cette coque de verre et de métal masque la façade de la gare, un des exemples de l'architecture relativement grandiose qu'avait voulu le pouvoir prussien pour célébrer le rattachement de l'Alsace-Lorraine à l'empire allemand. On peut ne pas aimer, on peut détester ce style, qu'on retrouve aussi à Metz, mais on ne vandalise pas.

 

 

Faites de beaux rêves.

Repost 0
Published by Régis Hulot - dans Brut de décoffrage
commenter cet article
9 septembre 2010 4 09 /09 /septembre /2010 19:07

La lecture des journaux, l'écoute des radios, et toute l'attention que justifient les journaux télévisés, il fallait bien cela pour ne pas se prendre les pieds dans les tapis des "affaires" diverses et variées qui font le bonheur des méchantes langues.

 

Pendant que les salariés (et pas seulement eux) battent le pavé pour défendre leur droit à jouir d'une retraite suffisante, paisible, et convenablement rémunérée, nous apprenons que ce sont des milliers de contribuables anonymes qui vont régler, via l'UMP (qui, comme tout parti politique, vit essentiellement de subventions publiques), l'essentiel de l'indemnité due par un certain Jacques C. dont la culpabilité n'est pas encore établie mais qui se désigne lui-même comme responsable. Et tout cela avec la bénédiction d'un certain Nicolas S., et la complicité de Bernard D., maire de Paris et néanmoins socialiste.

De son côté, c'est beaucoup grâce à Christine L., ministre des finances, que Bernard T. va recevoir du Trésor, c'est à dire de milliers de contribuables anonymes, une somme rondelette que les uns comme les autres n'osent pas avouer, et qu'un journal satirique paraissant le mercredi évalue à plus de 200 millions d'euros.

Quant à Eric W.,l'ami de Liliane B. et de Patrice de M., commensal des industriels fortunés et des financiers heureux en affaires, il n'en finit plus de mentir, un peu, beaucoup, passionnément, à la folie dans le seul but de continuer à être ce qu'il croit être, c'est à dire une baudruche manipulée par le "cabinet noir" du locataire de l'Elysée. Fort de ses fonctions et de la confiance de celui qui l'a mis là, il peut bien regarder de très haut la populace qui demande le droit de vivre sinon un peu mieux, du moins un peu moins mal.

 

 

Vraiment, elle a mauvaise mine, la "république irréprochable".

 

 

Faites de beau rêves.

 

 

 

Repost 0
Published by Régis Hulot - dans Brut de décoffrage
commenter cet article
7 septembre 2010 2 07 /09 /septembre /2010 19:33

Je crois que tout le monde le sait, quand on est gréviste dans le fonction publique, on doit désormais prévenir 48 heures à l'avance. Une manière de lier les mains aux gens, et de faire d'un droit absolu, d'une liberté absolue de faire ou de ne pas faire, un droit plus ou moins conditionnel et encadré. Un grand pas, incontestablement, dans le sens de la liberté...

 

J'apprends qu'aujourd'hui que, quand on est instituteur (professeur des écoles), on ne doit pas dire qu'on sera gréviste, mais dire qu'on ne sera pas gréviste, ce qui n'est pas tout à fait la même chose. En effet, quand un appel à la grève est lancé, chacun doit se déterminer. Et prévenir sa hiérarchie. Comment? En "décochant" la case "gréviste" sur sa page personnelle sur le site e-prof. Et tant pis pour ceux qui auraient oublié, ou qui l'auraient fait trop tard, ou qui n'auraient pu atteindre le fameux site du fait de la saturation des réseaux quelques heures avant la fin du délai de 48 heures. Ils seront comptés comme grévistes, même s'ils viennent travailler (ce n'est pas si grave), mais ILS NE SERONT PAS PAYES, ce qui est tellement agréable à des gens qui éprouvent le plaisir qu'on sait à punir ceux qui ont le front de les contredire... Et comme les bulletins de salaire arrivent parfois avec deux ou trois mois de retard, nombreux sont ceux qui font involontairement cadeau d'1/30ème de leur salaire à l'Etat.

 

Quand je vous disais que ces gens-là nous détestent et nous méprisent. Et qu'ils sont prêts à tout pour nous nuire.

 

Faites de beaux rêves.

Repost 0
Published by Régis Hulot - dans Brut de décoffrage
commenter cet article
31 août 2010 2 31 /08 /août /2010 16:55

Je n'ai pas grand mérite, ce n'est pas moi qui ai trouvé ça, mais cela vaut la peine d'aller y faire un tour en suivant ce lien. Par les temps qui courent, et vu la fange dans laquelle on tente de nous entraîner, cela vaut la peine de se dire que l'humour demeure, aussi, une arme.

 

Bonne lecture, et

Faites de beaux rêves.

Repost 0
Published by Régis Hulot - dans Brut de décoffrage
commenter cet article
19 juin 2010 6 19 /06 /juin /2010 10:25

Communiqué Ligue des Droits de l'Homme

Paris, le 17 juin 2010

 

Révolte ouvrière en Chine contre la surexploitation

 

Les conflits sociaux dans la province du Guangdong, à Foshan (usine Honda, 1 700 ouvriers) et à Shenzhen (usine Foxconn, 400 000 ouvriers) montrent la condition ouvrière désastreuse et le mépris des droits de l’Homme qui prévaut dans les unités industrielles chinoises, y compris les plus modernes.

 

Dans le système actuel des relations sociales, rien ne permet de régler les conflits d’entreprise : ni comité d’entreprise, ni comité d’hygiène et de sécurité, ni représentation élue du personnel, ni droit de grève officiellement et sincèrement reconnu. Nombre de salaires restent impayés ou sont versés avec retard, les décisions de licenciements sont discrétionnaires, les dépassements d’horaires de travail se pratiquent librement.

 

Les conflits dans ces entreprises – japonaises ou taïwanaises – mettent l'accent sur l’existence de conflits du travail dans les entreprises à capitaux étrangers. Celles-ci jouent un rôle décisif dans l’expansion industrielle chinoise. Foxconn, par exemple, avec ses 800 000 salariés sur l’ensemble du territoire, assure à elle seule 3,9 % des exportations du pays. L’importance des effectifs de ces firmes facilite l’apparition de conflits de masse ; leur situation dans les zones industrielles à statut spécial rend plus aisée la diffusion de l’information vers l’étranger. Mais, il ne faut pas oublier que la grande majorité des salariés du pays sont employés par des sociétés chinoises de moindre notoriété, parfois sous-traitantes de firmes étrangères, où les conditions de travail et les niveaux de rémunération sont bien inférieurs, et que les possibilités de faire respecter les clauses de contrats du travail sont souvent inexistantes.

 

La Ligue des droits de l'Homme attire l'attention des citoyens consommateurs sur la double nature de la stratégie d'installation des firmes multinationales en Chine. Non seulement, les entreprises étrangères, y compris les sociétés mixtes à capitaux français, tirent un énorme profit du bas niveau des rémunérations, mais en outre, pour accroître leurs bénéfices, elles utilisent la faiblesse du droit du travail, le défaut de représentation authentique du personnel, l’absence d’assurances sociales et de formation à la sécurité ainsi que la corruption des gestionnaires locaux. Elles construisent ainsi leur prospérité sur le mépris du droit du travail et sur la privation des droits de l'Homme, organisés par le régime chinois.

 

Ainsi, la mise en concurrence sans freins des systèmes sociaux, ajoutant à la destruction des emplois du « Nord » la surexploitation des salariés du « Sud », globalise-t-elle la négation des droits. La LDH appelle à garantir, au contraire, l'assujettissement du commerce international aux normes sociales et environnementales et au droit international des droits de l'Homme, afin que la dynamique des échanges internationaux contribue non à la surexploitation des êtres humains, mais à la mondialisation des droits.

Repost 0
Published by Régis Hulot - dans Brut de décoffrage
commenter cet article
18 juin 2010 5 18 /06 /juin /2010 10:03

En me promenant sur la toile, je trouve cela à propos de Mme Liliane Bettancourt, dont on nous dit qu'elle est " fille unique d'Eugène Schueller, le fondateur du groupe L'Oréal".


C'est vrai. Elle est donc aussi la fille unique de Schueller Eugène, dont on lira avec intérêt la biographie, qui révèle à quel point lui, ses amis, ses relations, ont aimé et servi la République.


Faites de beaux rêves.

Repost 0
Published by Régis Hulot - dans Brut de décoffrage
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Régis Hulot
  • : Quelques réflexions sur le monde d'aujourd'hui, avec un brin d'humour quand c'est possible.
  • Contact

Imaginons qu'on réfléchisse...

"Lorsque les pères s'habituent à laisser faire les enfants, lorsque les fils ne tiennent plus compte de leurs paroles, lorsque les maîtres tremblent devant leurs élèves et préfèrent les flatter, lorsque finalement les jeunes méprisent les lois parce qu'ils ne reconnaissent plus, au-dessus d'eux  l'autorité de personne alors c'est là en toute jeunesse et en toute beauté, le début de la tyrannie."
Platon.

Recherche

Archives