Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 juin 2010 5 18 /06 /juin /2010 08:58

J'ai eu la faiblesse d'évoquer ce 18 juin 1940, ainsi que le 18 juin 1815 qui mettait, après cingt-cinq ans, une génération, un terme à ce qu'on pourrait appeler une période révolutionnaire, à tous les sens du terme -- révolution, un tour sur soi-même, en revenant au point de départ...

 

J'avais passé sous silence cet appel du 17 juin 1940, cet incompréhensible (sauf pour ceux qui savaient où se cachait la trahison) appel "à cesser le combat" qui livra des milliers d'hommes à ceux qui avaient déjà été appelés "adversaires" et plus "ennemis". L'année prochaine, si ce blog fonctionne encore, je pourrai peut-être évoquer cette défaite, le 17 juin 2010, d'une équipe  française surtout composée de mercenaires délocalisés, d'évadés fiscaux ou de supports publicitaires devant une équipe mexicaine courageuse, inventive, virevoltante, qui a su mériter sa place dans une compétition où, malgré une qualification douteuse, nous avons eu la maladresse de nous rendre.

Dans un an, nous aurons oublié, Dieu merci, les notes d'hôtel des uns et des autres, les billets d'avion offerts aux unes (la virée des "épouses" à l'autre bout de l'Afrique) ou aux autres, les petits accommodements avec l'argent des autres, celui qui se dépense avec tant de volupté.

 

Dans un an, ceux qui travaillent dur, qui ont travaillé dur et ont usé leur santé pour des salaires rarement plus élevés que 1,5 fois le SMIC, auront dû rester un trimestre de plus "à la chaine" pour profiter d'une retraite qu'on leur reproche déjà d'attendre.

Dans un an, ces gens-là nous aurons à tous fait faire un pas supplémetaire vers ce qui sera, pour beaucoup, la misère.

 

Faites de beaux rêves.

Repost 0
Published by Régis Hulot - dans Brut de décoffrage
commenter cet article
9 juin 2010 3 09 /06 /juin /2010 08:59

Je vous invite à vous rendre ici.

 

Pas besoin d'expliquer, au vu de cette liste, l'indécence qu'il y a à faire des discours ministériels et bureaucratiques sur l'âge de la retraite.

 

Faites de beaux rêves.

Repost 0
Published by Régis Hulot - dans Brut de décoffrage
commenter cet article
9 juin 2010 3 09 /06 /juin /2010 06:41

De fil en aiguille, j'en arrive à cette vidéo  qui présente une conférence (chez Médiapart) de Gérard Filoche, inspecteur du travail à la ville, et grand spécialiste du "droit social appliqué au quotidien" au PS.

Pas beaucoup de commentaire à faire, le discours est limpide, les arguments sont clairs et, ce qui n'est pas désagréable, Filoche est toujours le tribun qui n'a jamais cessé de battre le rappel de ceux qui n'ont que leurs bras et leurs mains.


Faites de beaux rêves.

 

 

 

PS. Pourquoi 59 ans? C'est l'espérance de vie d'un ouvrier du bâtiment et des travaux publics, secteur qui fait, il faut le rappeler, plus de 150 morts par an dans des accidents du travail sur le lieu de travail.

Repost 0
Published by Régis Hulot - dans Brut de décoffrage
commenter cet article
30 mai 2010 7 30 /05 /mai /2010 17:40

Pas trop courageux, je me contente de vous renvoyer à cet article qui paraît sur un blog qui aurait certainement à souffrir des élucubrations d'un sénateur de Moselle jusqu'ici obscur.

 

On connaît bien les méthodes, on connaît bien les personnages, on connaît bien les objectifs. Hélas, on connaît trop bien.

 

 

Faites de beaux rêves.

Repost 0
Published by Régis Hulot - dans Brut de décoffrage
commenter cet article
17 avril 2010 6 17 /04 /avril /2010 15:25

Certains penseront que je sors de mon rôle, ou de mes attributions, ou des limites que je devrais m'imposer dans ce blog. Ils ont peut-être raison, peut-être tort, et pour beaucoup ils ne le sauront (tout comme moi, d'ailleurs) que rétrospectivement, c'est à dire quand l'événement, toujours évitable avant, aura eu lieu et sera devenu irréversible dans ses effets.


Je prends pourtant l'initiative de vous inviter à vous rendre sur cette page, afin de prendre connaissance de ce qui ne vous a pas été encore dit (qui ne vous sera peut-être jamais dit) sur cette réforme des retraites qu'il faudrait réaliser toutes affaires cessantes – cet été au plus tard, dit-on. Car il existe une autre vision du monde, où les fonctionnaires ne sont pas des parasites, où l'impôt n'est pas une confiscation, où les banlieues ne sont pas des quartiers peuplés de racailles, où les basanés ne sont pas des menaces.

Les projets gouvernementaux actuels, fondés sur un court-termisme myope et impuissant, peuvent, si on n'y met pas obstacle, nous faire entrer dans un monde d'où des pans de plus en plus importants de la sociétés seront exclus, rejetés dans leur misère et leur frustration, tandis que les happy-few invités à la table de l'opulence seront à la fois moins nombreux, plus riches et plus puissants.


Il s'agit donc d'un problème majeur sur lequel chacun peut, doit donner son avis, fût-ce par le modeste moyen d'une signature électronique sur une pétition – sauf à être d'accord avec les projets du gouvernement, évidemment.


C'est pourquoi je vous invite à faire ce geste, après avoir lu les termes du texte auquel je vous invite à adhérer.


Bien cordialement.

Repost 0
Published by Régis Hulot - dans Brut de décoffrage
commenter cet article
11 avril 2010 7 11 /04 /avril /2010 23:13

Le vélo n'est pas à moi. Il est là et attends sagement son ou sa propriétaire. Le monument est légèrement en retrait de l'alignement de la rue, et il est préférable de passer à pied ou à vélo pour le voir, et s'arrêter. Il évoque un moment peu glorieux de cette République venue au jour dans la douleur, et surtout celle des plus faibles et des plus fragiles.

 

DSC02742

 

Voici le texte sur les deux stèles qu'on voit contre le mur.

 

DSC02743

 

DSC02744

 

 

Légion germanique? Il faudra que j'aille voir.

 

Cette photo a été prise 70 ans après ce qu'on appelle, par simplicité, les massacres de Katyn.

 

Permanence de la barbarie, mais permanence de l'humanité, malgré tout.

 

 

Faites de beaux rêves.

Repost 0
Published by Régis Hulot - dans Brut de décoffrage
commenter cet article
18 mars 2010 4 18 /03 /mars /2010 13:51
Enfin! Il y avait longtemps qu'on attendait ça! Le Grandissime Discours sur l'Insécurité qui menace les Français, les Vrais Français comme les aime notre Gérard Longuet national(iste), qui doit se souvenir avec émotion du temps de sa jeunesse où, avec ses amis Français-de-Souche, courait dans les couloirs de la Fac de Droit de la rue d'Assas, en hurlant "à mort les cocos!"
Cette fois, c'est notre madré premier ministre, thuriféraire d'une politique et d'un président qu'il fait mine de servir, qui sombre, tout bien pesé, dans ce cloaque dont on espérait être définitivement sortis. Trop jeune pour avoir connu l'époque de "l'homme au couteau entre les dents", il ratisse large en convoquant au tribunal de la tranquillité des Bons-Français quelques "terroristes basques" dont tout un chacun sait bien qu'ils n'ont que peu à voir avec la politique française, nationale (le domaine de "mon mari") ou régionale. Et de brandir le cadavre d'un homme qui, tout bien considéré, n'est pas mort, et de nous rappeler que les policiers font un travail tellement dangereux au service de la France...

Je ne minimise pas les risques que prennent les policiers, ou les risques qu'on leur fait prendre par manque de moyens humains ou matériels, ou du fait d'une politique "sécuritaire" contestable.
Je n'oublie pas non plus les risques que prennent, face aux policiers, ceux qui, à mains nues, défendent leurs intérêts de travailleurs ou de citoyens., et qui sont beaucoup moins l'objet de la sollicitude des hommes de droite (et parfois de gauche, hélas).

Mais je vous renvoie à cette page.

En 2008, ce sont 155 personnes qui ont trouvé la mort dans les accidents du travail du seul secteur du bâtiment et des travaux publics. A raison de 47 semaines d'activité par an, cela fait PLUS D'UN MORT TOUS LES DEUX JOURS.

Qui en parle? Qui stigmatise les employeurs qui, si souvent, sont à l'origine, directement ou indirectement, de ces drames, tout aussi révoltants que la mort d'un policier ou d'un gendarme en service? Quel ministre, quel secrétaire d'Etat, quel secrétaire général de l'UMPop(ulaire, la, la, lère) se donne la peine de l'évoquer, quel président va proposer une "politique de civilisation" qui aurait pour but de mettre un terme à cette hécatombe?


A mes yeux, après ce vomotif débat sur l'identité nationale, cette désespérante campagne électorale, nous méritions mieux que ces remugles dont le seul objet est d'aller chercher les voix... jusque dans les chiottes, selon le mot de W. Poutine, cet homme pour qui un incertain N. S. a tant d'admiration.

Faites (si vous le pouvez) de beaux rêves.
Repost 0
Published by Régis Hulot - dans Brut de décoffrage
commenter cet article
15 mars 2010 1 15 /03 /mars /2010 22:22
Henry-Jean Servat nous a offert ce soir un bel et délicat hommage à Jean Ferrat.
Je veux saisir l'occasion pour parler de quelqu'un d'autre, qui a aussi, à sa façon, beaucoup donné à cette cause que servait Ferrat, Denise Glaser. Il faut aller voir sur Wikipedia ce qui est dit d'elle, qui fait un si bel écho aux images vues ce soir, celles d'une femme toute de finesse, de retenue, et qui sait tellement bien ne pas dire ce qu'elle exprime avec une rare force.

Quelle infinie qualité des questions, quelle richesse des réponses, et parfois de l'absence de réponse prononcée car tout est dans les regards.

Faites de beaux rêves.
Repost 0
Published by Régis Hulot - dans Brut de décoffrage
commenter cet article
15 mars 2010 1 15 /03 /mars /2010 17:45
Il en a été question ces derniers jours, et cela devrait pouvoir se développer dans les semaines et les mois à venir: il est possible de porter plainte contre un gouvernement qui n'assume pas son obligation de dispenser un enseignement conforme aux exigences légales dans le cadre de l'obligation scolaire.

 

Un exemple. Dans le collège de mes enfants, près de 11% des cours n'ont pas été dispensés depuis le début de l'année. Aujourd'hui lundi, ma fille n'a pas eu cours de grec, le professeur absent depuis plusieurs jours n'étant pas remplacé.

Globalement, cela signifie que si d'aventure la totalité des cours est assurée d'ici la fin de l'année, il manquera au moins 5% de l'enseignement dus aux élèves (contre un peu plus de 4% l'an dernier) qui, eux-mêmes, peuvent être sanctionnés en cas d'absence non justifiée.

 

Qu'en sera-t-il l'an prochain, quand ce sera une nouvelle charrette de plusieurs milliers d'enseignants qui disparaitront?

 

Autre chose, qui va dans le même sens. L'autre jour, je rencontre la conseillère d'orientation psychologue. Elle m'apprend que 300 de ses collègues devraient partir en retraite cette année. Et que 50 places sont offertes au concours de recrutement, places qui ne seront pas obligatoirement pourvues. Un remplacement pour six départs, on est loin du un sur deux dont parle le gouvernement. Mais c'est avec un tel système qu'on détruit tout le système éducatif, tout ce sur quoi comptent les gens pour accéder au savoir, à la formation, à l'emploi.

 

A se demander pourquoi l'UMPopulaire n'a pas réussi à rassembler 70% des électeurs (avec au moins 80% de participation, évidemment)...

 

Faites de beaux rêves.

Repost 0
Published by Régis Hulot - dans Brut de décoffrage
commenter cet article
15 mars 2010 1 15 /03 /mars /2010 01:51
Il pleut, il ne pleut plus. Il fait froid, il fait moins froid. Il vente, le vent se calme. L'hiver n'en finit plus, et l'évocation des "dérèglements climatiques" ne suffit pas à nous consoler.

Entre deux averses, une promenade appareil photo en main, et, tout d'un coup, le sentiment que rien ne peut vraiment changer dans l'idée que les "zurbanistes" se font du bonheur qu'ils nous imposent.

DSC02653

Il est beau, mon "rond-point", avec toutes ses finesses, puisqu'il est double et qu'il n'a d'autre intérêt que de montrer aux populations à quel point on les aime puisqu'on dépense beaucoup d'argent pour leur permettre de s'amuser au volant de leurs automobiles...






DSC02655


En avançant au télé-objectif, on voit mieux qu'il y a un drapeau tricolore devant la porte de la mairie-annexe qui jouxte les tabac, boulangerie, presse, fruits et légumes du petit centre commercial.
Est-ce seulement la pluie qui donne cette tristesse au paysage?





DSC02651

Il faut dire que ce n'est pas très follichon de vivre dans le quartier. Pas de grandes tours, pas de barres de 400 mètres de long, juste des immeubles qui garantissent les 2.48 mètres légaux sous plafond, un peu de couleur, des places de parking, et un peu d'herbe pelée pour parler d'espaces verts...





DSC02657
Heureusement, aujourd'hui, on change tout et on fait des choses infiniment plus souriantes. De la couleur! Et même du bardage en bois pour faire "écolo", pour faire "isolé" pour ne pas dire "HQE"...








DSC02656-copie-1.JPG

Et on a même prévu des salons de jardin qui doivent inciter le chaland à faire une petite halte avant de rentrer à la maison.
Attendons les premiers beaux jours pour voir quel succès sera réservé à ces "équipements de convivialité".






DSC02658

Et pour ceux qui auront eu envie de s'asseoir sur les fauteuils sous les frais ombrages, il suffira de passer par ce bunker qui recèle une bonne surprise, puisque c'est une bibliothèque, pardon, une médiathèque.





Comme d'habitude, je me sens profondément injuste vis à vis de tous ceux qui font tellement d'efforts pour nous offrir, depuis l'élévation de leur pensée et l'importance de leurs responsabilités, un bonheur que nous ne méritons peut-être pas. Mais j'ai bien peur que l'urbanisme moderne des années 2000 ne résiste pas mieux au temps que celui des années 1960 ou 70, quand déjà ceux qui s'interrogeaient sur le bien fondé du tout-béton tiraient un signal d'alarme que personne ne voulait entendre.

Faites de beaux rêves.
Repost 0
Published by Régis Hulot - dans Brut de décoffrage
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Régis Hulot
  • : Quelques réflexions sur le monde d'aujourd'hui, avec un brin d'humour quand c'est possible.
  • Contact

Imaginons qu'on réfléchisse...

"Lorsque les pères s'habituent à laisser faire les enfants, lorsque les fils ne tiennent plus compte de leurs paroles, lorsque les maîtres tremblent devant leurs élèves et préfèrent les flatter, lorsque finalement les jeunes méprisent les lois parce qu'ils ne reconnaissent plus, au-dessus d'eux  l'autorité de personne alors c'est là en toute jeunesse et en toute beauté, le début de la tyrannie."
Platon.

Recherche

Archives