Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 octobre 2011 1 17 /10 /octobre /2011 05:35

Il n'est pas inutile de signaler, en plus des ouvrages que j'ai pu mentionner  dans cet article, deux livres qui paraissent (ou sont réédités) ces jours-ci et qui éclairent un peu plus les massacres du 17 octobre. Il s'agit de Le 17 octobre des Algériens, de Marcel et Paulette Péju, suivi de La triple occultation d'un massacre, de Gilles Manceron, aux éditions La Découverte (200 pages, 14€), et La police parisienne et les Algériens (1944-1962), d'Emmanuel Blanchard, aux éditions Nouveau Monde (448 pages, 26€).

 

Le journal La Croix, qui évoque ces deux livre en page 12 de son édition du 13 octobre, renvoie également à RG contre FLN: la guerre de l'ombre, de Laurent Chabrun (Ed. Jacob-Duvernet, 204 p., 19,90€), et à une préface de Gilles Manceron au 17 octobre 1961 par les textes de l'époque (Ed. Les Petits Matin, 128 p., 5€) où on découvre la teneur des ordres de Maurice Papon et des appels du FLN.

 

Faites de Beaux rêves.

Repost 0
Published by Régis Hulot - dans Souvenirs sur Seine.
commenter cet article
17 octobre 2011 1 17 /10 /octobre /2011 02:00

Nous allons commémorer aujourd'hui, du moins pour ceux qui se font de la mémoire une certaine idée, le massacre qui s'est produit il y a cinquante ans à Paris, le soir du 17 octobre 1961 et les jours suivants dans un certain nombre de lieux de la capitale ou de la proche banlieue, en particulier au palais des sports de la Porte de Versailles, boulevard Victor dans le XVème arrondissement. Ce massacre est celui des Nord-Africains, des Français musulmans d'Algérie comme on disait alors, qui manifestèrent pacifiquement contre les mesures de couvre-feu les concernant directement et exclusivement, et contre la répression dont ils étaient victimes de la part de la police française dans leur lutte pour l'indépendance de leur pays.

 

Jean-Luc Einaudi, historien français auteur de La bataille de Paris, a donné dans ce livre une relation extrêmement précise de cet événement qui fit, selon les sources officielles trois morts (encore aujourd'hui, c'est la seule vérité que reconnaisse l'État français), et selon les sources non officielles des dizaines de morts (140 selon la liste établie par Jean-Luc Einaudi en annexe de son livre pour les mois de septembre, octobre et novembre 1961).

Par curiosité, j'ai feuilleté le livre d'histoire (Histoire 1ères S/L/ES, sous la direction de Pascal Zachary, Hachette éducation) d'une élève de 1ère, manuel tout neuf puisqu'il se réfère aux nouveaux programmes entrés en vigueur à cette rentrée 2011. Sur le thème de la décolonisation, deux « études » sont proposées, l'une sur la fin de l'empire des Indes (4 pages), l'autre sur la guerre d'Algérie (4 pages), le tout agrémenté de nombreuses photographies et textes présentés comme des « documents ». Bien entendu, pas un mot sur ce crime du 17 octobre, tout juste une citation d'un télégramme du général Cherrière (du 13 mai 1955) au général commandant la division de Constantine lui ordonnant des mesures de répression brutales en cas d'incidents (ce qui est sans relation avec ce dont je parle ici).

Une telle discrétion, et des documents si maigres, ont de quoi surprendre, et j'ai donc tourné la page. Cela valait la peine : de Patrice Lumumba (1925-1961), il est dit que « devenu premier ministre [du Congo ex-belge], il ne parvient cependant pas à créer une nation congolaise face aux tendances séparatistes. Lumumba est arrêté par ses opposants et exécuté le 17 janvier 1961 ». Un laconisme qui interdit tout commentaire, à comparer avec la notice de Wikipédia dont le deuxième paragraphe dit que « Patrice Émery Lumumba est considéré au Congo comme le premier « héros national ». Il a en effet été assassiné par des responsables de l'État du Katanga avec l'assentiment de la Sureté de l'État belge, puissance coloniale du Congo ». Sans parler de ce que savaient ceux qui, en France, s'intéressaient un tant soit peu à la guerre qui ensanglanta le Congo ex-belge à cette époque. J'étais jeune, c'est vrai, mais je me souviens de l'atmosphère qui régnait quand on évoquait le sujet.

 

Revenons à l'Algérie.

A la vitrine d'un librairie, une bande dessinée de Didier Daeninckx et Mako intitulée Octobre noir. Si le titre fait évidemment référence au septembre noir de 1970, la couverture montre un mur de policiers casqués chargeant des manifestants. Il s'agit donc d'octobre 61.

 

Daeninckx reprend le fil, sous une autre forme, d'un roman écrit en 1984 et qui portait le titre de Meurtres pour mémoire (et un autre lien ici). Il s’agissait alors d'un roman policier, d'une affaire de double meurtre commis à vingt ans de distance, dans deux lieux différents, mais qui trouvent leur source dans un seul événement. La manifestation du 17octobre n’était là que pour fixer un lieu, le boulevard Bonne-Nouvelle à Paris, le cinéma Rex, le siège du journal l'Humanité (siège depuis longtemps transféré à Saint-Denis dans le « 9-3 ») à une époque où les Grands boulevards étaient à la fois un lieu de distraction (restaurants, théâtres et demi-mondaines comme au temps de Zola) et un lieu de grande activité commerciale et artisanale à la population ouvrière et cosmopolite, surtout dans les faubourgs (« Je suis née dans l'faubourg Saint-D'nis », chantait Mistinguett - c'est faux! elle est née à Enghien_les-Bains le 5 avril 1875). Pour lui, qui vient d'une famille modeste mais qui a tout de même été ouvrier imprimeur (puis journaliste), l'aristocratie de la classe ouvrière, c'est à la fois un hommage aux siens et l'expression de ses choix politiques et philosophiques.

 

Dans cet album, Daeninckx met en scène deux histoires parallèles : celle de la manifestation (préparation, organisation, rassemblements, bouclages de rues par la police, charges et « ratonnades » - du terme péjoratif et raciste de « ratons » donné aux algériens en particulier), et celle d'un groupe de jeunes gens qui rêvent de devenir les vedettes d'un rock 'n roll que découvre la France. Ils répètent dans une petite chambre, et jouent parfois le soir au Golf Drouot, un club qui fait l'angle de la rue Drouot et du boulevard Montmartre, au dessus du Café d'Angleterre, une brasserie très courue à l'époque. Le lien entre les deux ? Le chanteur du groupe qui est algérien, et qui devra renoncer à manifester avec son père ce soir-là, car il joue un peu plus loin, boulevard des Capucines, à l'Olympia, et participe à la finale qui désignera le meilleur groupe rock de cette année 1961.

 

Le scénario est bien ficelé, car l'auteur connaît son sujet, le dessin est sobre et précis, souvent dans les tons de gris, de brun, de bistre, qui vont bien à la fois à des scènes souvent nocturnes et à l'atmosphère dans laquelle vivent ces déracinés d'Algérie venus assurer la prospérité de la métropole et qui vivent si souvent dans des taudis insalubres, les bidonvilles de Nanterre ou de Saint-Denis.

 

La préface de Benjamin Stora (voir également son site), une référence dans l'étude de l'histoire du Maghreb, la collaboration de Jean-Luc Einaudi, la postface de Didier Daeninckx éclairent cette histoire qui a été si longtemps masquée et niée, et nous donnent à réfléchir sur la nature des relations que nous avons avec l'Algérie et avec notre passé commun. Autant dire qu'il ne suffit pas d'un livre pour tout régler, mais que ce livre pourrait aider à trouver un chemin vers une réconciliation qui nous libérerait de nos peurs et de nos antagonismes.

Sans compter que sa lecture pourrait donner quelques pistes de réflexion supplémentaire "les Jules et les Prosper qui seront la France de demain" ! C'est Pumpernickel, qui connait ses classiques, qui me souffle cette remarque.

 

 

Faites de beaux rêves.

 

 

 

Jean-Luc Einaudi, La bataille de Paris - 17 octobre 1961, Éditions du Seuil, collection Points, dépôt légal septembre 2001 N°51061 (01-1565)

Jean-Luc Einaudi, en 1997, devant le Cour d'assises de Bordeaux, a témoigné sur le 17 octobre 1961 lors du procès intenté à Maurice Papon (Préfet de police de Paris à l'époque) pour son action de 1942 à 1944. En 1999, l'ancien préfet de police a cherché à le faire condamner. Ce procès, perdu par Maurice Papon, a permis le début de la reconnaissance de ce crime.

 

Didier Daeninckx et Mako, Octobre noir. Coloriste Laurent Houssin. Couverture et mise en page opixido. Préface de Benjamin Stora. Liste en fin d'ouvrage de Jean-Luc Einaudi. Éditions Ad libris, Anthy-sur-Léman, France, dépôt légal septembre 2011.

Repost 0
Published by Régis Hulot - dans Souvenirs sur Seine.
commenter cet article
13 novembre 2010 6 13 /11 /novembre /2010 23:13

 

Retrouvé – jamais perdu, en fait, seulement laissé à l'abandon dans un carton – un vieux disque, la bande originale de ce film "The Strawberry Statement" (en français, Des fraises et du sang) un vieux disque noir qui gratte. Avec la platine sans âge qui reste ici, et un boitier acheté il y a un bon moment déjà, j'ai "numérisé" l'objet, qui me permet de retrouver cette atmosphère si particulière qui émane des voix de Crosby, Stills, Nash, avec ou sans Young, de Buffy Sainte-Marie, ou de Red Mountain Jug Band.

 

Le film, je l'ai vu en 1976, ou 77, ou 78, dans la salle enfumée du théâtre Dejazet pas encore restauré comme il l'est actuellement. En sortant, la place de la République avait un autre goût, et la pluie qui tombait laissait des reflets partout devant les terrasses des cafés. Pour rentrer, on traversait la place, pour aller prendre le faubourg du Temple, tourner à gauche et suivre le canal.

 

Faites de beaux rêves.

Repost 0
Published by Régis Hulot - dans Souvenirs sur Seine.
commenter cet article
30 mai 2010 7 30 /05 /mai /2010 22:24

 

 

DSC02804.JPG

 

 

 

Dans cette immeuble vécut Régis Hulot.

Automne 1987.

 

 

Je crois y avoir fait de beaux rêves.

Repost 0
Published by Régis Hulot - dans Souvenirs sur Seine.
commenter cet article
30 mai 2010 7 30 /05 /mai /2010 22:20

Parmi les célébrités auxquelles les gens, touristes, badauds, parisiens, viennent rendre visite, deux tombes de deux écrivains qui, après leur mort, ne déclenchent pas les mêmes enthousiasmes.

 

Celle d'Oscar Wilde, couverte de baisers.

 

DSC02829

 

Celle de Marcel Proust, tellement ordinaire, tellement simple.

 

DSC02832

 

Aucun de ces deux-là ne peut laisser indifférent.

 

 

Faites de beaux rêves.

Repost 0
Published by Régis Hulot - dans Souvenirs sur Seine.
commenter cet article
30 mai 2010 7 30 /05 /mai /2010 22:01

Toujours ces quelques heures à Paris. Pas beaucoup de temps pour faire du shopping, et d'ailleurs pas beaucoup d'argent pour se laisser aller aux tentations dans les "rayons d'la mort" dont parlait Ferré à propos des Galeries Lafayette.

J'ai préféré, à une semaine d'une autre démonstration des salariés dans le rue (le 27 mai), emmener ma fille à l'une des sources, devenue presque mythique, du mouvement ouvrier, au Mur des Fédérés au Père Lachaise. Ce jour-là, il y avait des fleurs déposées ici au nom du Grand Orient de France, dont l'immeuble rue Cadet est à voir pour sa modernité déjà un peu surannée.


DSC02826


Juste en face, la tombe de Jean-Baptiste Clément, l'auteur du Temps des cerises.


DSC02827

 

A sa droite, une tombe d'un homme dont je n'ai malheureusement pas noté le nom. Je crois qu'il était polonais, et qu'il est venu se battre, et mourir, parmi les Fédérés français.

 

Que la terre leur soit légère à tous, célèbres et inconnus.

 

Faites de beaux rêves.

 

 



Repost 0
Published by Régis Hulot - dans Souvenirs sur Seine.
commenter cet article
26 mai 2010 3 26 /05 /mai /2010 21:32

En revenant du Parc Monceau, par la ligne de métro qui fait un grand arc de cercle par le nord de Paris, et avant de "changer" pour aller retrouver le 10ème arrondissement qui nous a accueillis durant ces quelques heures, j'ai pris, au hasard, cette photo au fond pas si mauvaise. DSC02798


Un quai du métro, des gens assis tranquillement, blancs ou noirs, ou entre les deux, vrais parisiens ou banlieusards, occupés ou oisifs, solitaires ou pas, qui attendent le prochain métro. Une sorte de calme sous cette verrière qui n'a plus d'âge, tellement intemporelle qu'elle n'a jamais pu être différente de ce qu'elle est aujourd'hui, quelques branches d'arbres qu'on devine et qui témoignent que, partout dans cette ville, il y a de la végétation, un peu de verdure...


Stalingrad... il ne faudrait pas demander à ces huit personnes la raison de ce nom, pas plus que le nom de cette station "avant guerre"... Et mon père qui n'est plus là pour me parler de ce métro qu'il connaissait par coeur.


Mais pourquoi leur demander ? Ce serait plutôt à eux de nous demander pourquoi nous sommes entrés dans leur quotidien, un dimanche après-midi de mai, sous le soleil...

 

 

Faites de beaux rêves.

Repost 0
Published by Régis Hulot - dans Souvenirs sur Seine.
commenter cet article
24 mai 2010 1 24 /05 /mai /2010 16:01

Évoquant il y a un a un instant ceux qui surent faire fortune en mettant en oeuvre une bonne idée (mais une bonne idée n'apporte pas forcément la fortune à son auteur), j'ai oublié ceux qui ont permis le construction de cette fortune.

Qu'un hommage leur soit rendu ici, à travers ces visages anonymes, sur la "route des petits ponts" qui longe le cimetière parisien de Pantin. Il n'est pas impossible que certains de ceux que nous voyons ici dorment actuellement dans ce cimetière, à quelques pas de leur ancienne usine.

 

RH

Repost 0
Published by Régis Hulot - dans Souvenirs sur Seine.
commenter cet article
24 mai 2010 1 24 /05 /mai /2010 15:57

Difficile de ne pas prendre cette photographie, après avoir descendu l'axe historique de la rue Saint-Denis, presque celle que vous allez trouver sur le site de Wikipedia. Je l'ai faite il y a une semaine, alors que j'allais prendre le métro qui devait nous emmener, ma fille et moi, jusqu'au Parc Monceau, un des chefs d'œuvre de l'architecture et de l'aménagement de parcs urbains du XIXème siècle – un des lieux que fréquente Edmond Dantès, alias Comte de Monte-Cristo.

 

 

DSC02834



Sur Félix Potin, on peut aller à la pèche aux informations ici, et voir de quelle façon s'exprime la pérennité des fortunes, passant d'une famille à l'autre dans une sorte de ronde où la cooptation est la loi.


Sans autre commentaire.

Repost 0
Published by Régis Hulot - dans Souvenirs sur Seine.
commenter cet article
6 juin 2009 6 06 /06 /juin /2009 19:13
Passage Verdeau, Passage Jouffroy, Passage des Panoramas, Galerie Feydeau, Galerie St Marc, ou rue des Colonnes, Place des Victoires (unique statue équestre de Louis Le Grand, quatorzième du nom), Galerie Colbert, Galerie Vivienne, Passage des Princes... On peut traverser Paris des Grands boulevards au Louvre sans risquer la moindre goutte d'eau, sans voir le soleil, mais il ne s'agit pas ici d'échapper aux intempéries. En suivant cet itinéraire un peu mystérieux qui passe par quelques célébrités (le Musée Grévin qui donne à la fois sur le boulevard Montmartre et sur le passage Jouffroy, jouxtant là l'hôtel Chopin où passer la nuit doit relever de l'expérience initiatique), on découvre un Paris plein de charme et de douceur, celui qui semble devoir survivre à toutes les modes parce qu'il connaît les modes et sait s'en méfier. Alors, il faut aller à la chasse aux vieux livres, aux meubles, aux jouets de toutes sortes (pas trop d'électronique, bien sûr), aux lithographies, à la peinture ou aux autres oeuvres d'art (Drouot n'est pas si loin), et déboucher sur les jardins du Palais-Royal pour y goûter toute la paix qui se dégage des arbres et des parterres -- et de l'indispensable jet d'eau -- après l'intensité de ce court mais intense voyage.

Quelques images de ce périple (en réalité, une seule, mais je l'aime bien) dont je vous reparlerai bientôt.

Faites de beaux rêves.
Repost 0
Published by Régis Hulot - dans Souvenirs sur Seine.
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Régis Hulot
  • : Quelques réflexions sur le monde d'aujourd'hui, avec un brin d'humour quand c'est possible.
  • Contact

Imaginons qu'on réfléchisse...

"Lorsque les pères s'habituent à laisser faire les enfants, lorsque les fils ne tiennent plus compte de leurs paroles, lorsque les maîtres tremblent devant leurs élèves et préfèrent les flatter, lorsque finalement les jeunes méprisent les lois parce qu'ils ne reconnaissent plus, au-dessus d'eux  l'autorité de personne alors c'est là en toute jeunesse et en toute beauté, le début de la tyrannie."
Platon.

Recherche

Archives