Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 janvier 2010 2 05 /01 /janvier /2010 17:32
Vous le savez, j'essaie autant que faire se peut de préserver l'anonymat et la tranquillité de mes (honorables!) correspondants. C'est pourquoi je publie, avec retard et quelques indispensables modifications, un commentaire à un ancien article paru l'an dernier.

Et pour paraphraser Georges Arnaud, pour qui la fidélité géographique n'existait pas, je vous dirais seulement qu'il est inutile de chercher Moon sur Elle sur une carte: Moon sur Elle n'existe pas, je le sais, j'y ai vécu!


Que de souvenirs en si peu de mots !

A l'occasion du 6 juin, j'étais allée moi aussi sur les traces de nos souvenirs d'enfance: Moon, l'école de filles, le presbytère; et j'étais passée devant cette école où tu fis tes premières armes pré-scolaires.

Et puis, je suis allée à Saint-Lô où j'ai passé un peu de temps avec Mme D... (les P... sont toujours là; il était le "martyr" de Jacques G... dans des courses poursuites où rapidement le poursuivant devenait poursuivi!)

Cet été pas de balade souvenir, seulement de longues promenades sur la plage Saint-Pair/Kairon/Jullouville, et en rentrant la vue imprenable sur le Mont du haut des falaises de Champeaux sur "le plus beau km de France"

Quand on aime ce pays, on ne peut jamais l'oublier; la campagne reste encore préservée des touristes affamés de béton et de fast-foods........

Contente que tu aies pu faire découvrir ces havres de paix profondément imprimés dans nos mémoires.

A bientôt.

Partager cet article

Repost 0
Published by Régis Hulot - dans Brut de décoffrage
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Régis Hulot
  • : Quelques réflexions sur le monde d'aujourd'hui, avec un brin d'humour quand c'est possible.
  • Contact

Imaginons qu'on réfléchisse...

"Lorsque les pères s'habituent à laisser faire les enfants, lorsque les fils ne tiennent plus compte de leurs paroles, lorsque les maîtres tremblent devant leurs élèves et préfèrent les flatter, lorsque finalement les jeunes méprisent les lois parce qu'ils ne reconnaissent plus, au-dessus d'eux  l'autorité de personne alors c'est là en toute jeunesse et en toute beauté, le début de la tyrannie."
Platon.

Recherche

Archives